> FORMATION > Formation. Généralités > Former au numérique dans l’établissement ou à distance ? (Bruno Devauchelle (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Former au numérique dans l’établissement ou à distance ? (Bruno Devauchelle dans le Café)

1er décembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Si le développement des moyens numériques pose des questions dans le monde scolaire, c’est souvent sous la forme de changements pédagogiques que l’on aborde le sujet. Ce n’est certes pas la seule porte d’entrée parmi ces questions mais c’est souvent la première à laquelle on pense. Il en est une autre qui reste souvent évoquée mais qui est encore trop peu travaillée, dans ce contexte renouvelé par les objets numériques, c’est celui de la formation des personnels, de tous les personnels et pas seulement des enseignants. Ou plutôt les manières d’en parler laissent à penser que l’on n’arrive pas à sortir de modèles de formation dont l’efficacité est contestable et dont les chiffres donnés par l’enquête Profetic nous invitent à aborder différemment les choses. L’enquête Talis, menée par l’OCDE en 2013 apporte aussi des propositions intéressantes en matière de formation autour de l’idée de communauté d’apprentissage. De même la question de la conduite de la classe comme préoccupation prioritaire des jeunes enseignants après la maîtrise de leurs contenus d’enseignement montre aussi l’importance à prendre en compte le collectif professionnel local (l’établissement) comme formateur.

Former dans l’établissement ?
Plus généralement la question de fond posée par rapport à la formation c’est la relation entre les objets et contenus de formation et le contexte de mise en œuvre professionnel. En suggérant d’hybrider la formation ou d’obliger à la formation à distance en s’appuyant sur le numérique, les ministères ont introduit l’idée que la formation en centre sous forme de stage n’était pas forcément la bonne formule ni l’unique. Mais en imposant la distance, on ne résout pas forcément le problème, si tant est que ce soit possible. Outre les difficultés techniques et de disponibilité, il est difficile de transformer des pratiques essentiellement individuelles en pratiques collectives et co-formatrice. Les propositions de formation en établissement (les intras) sont une première approche. Mais est-ce qu’il suffit de déplacer le lieu de formation dans le lieu de travail et le groupe des participants en le limitant aux membres de l’établissement pour que les résultats soient meilleurs ?

La formation à l’utilisation des moyens numériques dans l’enseignement constitue un bon cadre d’analyse et de réflexion pour avancer dans ce domaine. Si l’on considère que la formation des enseignants se fait d’abord par soi-même (65% en 2016) ensuite par les pairs (59% en 2016) comme l’indique l’enquête Profetic 2016, on peut s’interroger sur les dynamiques à développer si l’on veut encourager les enseignants à faire évoluer leurs pratiques. Si de plus la question de l’usage du numérique n’est pas perçu comme une priorité en regard des autres besoins de formation, on comprend aisément pourquoi, selon l’OCDE, à peine 40% des enseignants de l’OCDE (25% pour les français) utilisent ces technologies pour le travail de classe. Si on ajoute à cette analyse que les enquêtes révèlent aussi de nombreuses insuffisances d’équipement et d’infrastructures, le tableau est complet.

Former à distance ? [...]

Extrait de cafepedagogique.net du 01.12.17 : Bruno Devauchelle : Former des enseignants, des éducateurs, des adultes

Répondre à cet article