> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Citoyenneté : Emc, Edd, Histoire-géo, Philo., Lien au collège et (...) > Pendant la semaine de la citoyenneté, le Tribunal de Grande Instance d’Evry (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Pendant la semaine de la citoyenneté, le Tribunal de Grande Instance d’Evry (Essonne) a organisé un concours d’éloquence qui a opposé des élèves de 4 collèges prioritaires

18 février 2016

Afin d’honorer l’excellence de la langue française ainsi que le système judiciaire de la République, un grand concours d’éloquence était organisé ce lundi 15 février au Tribunal de Grande Instance d’Évry. Un concours qui opposait les élèves de 3ème de quatre établissements scolaires de l’Essonne.

Ce lundi matin, l’heure était à la plaidoirie au Tribunal de Grande Instance d’Évry. Présidée par Nicole Jarno, l’enceinte accueillait en effet un concours d’éloquence, à l’occasion de la Semaine de la Citoyenneté. Une compétition destinée à rapprocher les collégiens de la notion de justice, grâce à une visite des lieux et une simulation de procès. Car lors de cet événement, les collégiens ont du s’affronter à coups de plaidoirie et de réquisitoire, se mettant dans la peau d’un avocat ou d’un procureur. Une idée à l’initiative de la présidente, qui s’efforce quotidiennement de tisser des liens plus étroits entre la jeunesse et la justice. « Permettre aux jeunes d’avoir une meilleure connaissance de la justice est absolument nécessaire, c’est pourquoi nous organisons régulièrement des ateliers au sein des établissements du département. Aujourd’hui, ce sont 30 établissements qui ont déjà pu profiter de ces atelier s » explique la présidente du Tribunal de Grande Instance.

Alors pour la première édition de ce concours d’éloquence, quatre établissements scolaires du département ont été sélectionnés : les collèges de La Nacelle [REP] à Corbeil, Les Pyramides [REP+] à Évry, Pablo Néruda [REP+] à Grigny et Aimé Césaire [REP] aux Ulis.

Derniers instants de répit
Il est 9h du matin. Dans le hall du Tribunal de Grande Instance d’Évry, une petite centaine de collégiens s’entassent sur les bancs, attendant l’ouverture de la Cour d’Assise. Pas très loin, réunis en plusieurs groupes, des professeurs de différents établissements s’entretiennent à propos de la compétition à venir. Entre deux discussions, Leila Simon, professeure de français au collège Pablo Néruda à Grigny, nous explique comment se sont déroulées les sélections. « Au sein des classes de 3ème, les élèves ont dû voter pour leurs représentants, ceux qui passeraient le concours d’éloquence en leur nom. Pour le reste, toute la classe a travaillé sur la plaidoirie, ensemble. » raconte l’enseignante. Quelques minutes plus tard, la cour d’Assise s’ouvre enfin, permettant aux élèves de plus en plus impatients d’entrer. Dans une dernière hâte, des conseils sont échangés et les notes des participants sont parcourues une dernière fois. Accompagnant ses élèves à leurs places dans la salle d’audience, Monsieur Desmaisons, professeur d’histoire-géographie à Grigny nous en dit davantage sur le déroulement de la compétition. « Les élèves vont devoir simuler un procès autour de J’Accuse d’Emile Zola et du procès du maire de Buire-sur-l’Ancre, accusé d’avoir distribué des tracts diffamants envers les gens du voyage. Un avocat d’une école affrontera un procureur d’une autre » commente le professeur. Dans quelques instants la compétition va enfin commencer, et la pression est de plus en plus palpable.

Une compétition riche en émotions
Spécialement habillés pour l’occasion, les élèves participant au concours se sont parés de leurs plus belles robes d’avocat. L’air fier et peu intimidé, tous passent un à un à la barre, afin d’assumer leurs rôles respectifs et réciter les plaidoiries sur lesquelles ils ont travaillé depuis plusieurs mois. Certains parlent d’une voix basse, parfois trop, d’autres haussent davantage le ton et miment les gestes de grands avocats. Dans le public, la foule est attentive, partagée entre un sentiment de stress absolu et de grand enthousiasme. Chacun défend son poulain, comme s’il s’agissait d’un match de football. Assise dans le fond de la salle, Myriam, une jeune collégienne de La Nacelle, fait part de ses impressions. « C’est stressant, nous sommes impatients de savoir qui va gagner. On ne sait pas trop, mais ça a l’air dur, parce qu’ils prennent des notes dès que quelqu’un bafouille ou fait une erreur » témoigne la jeune fille. Mais après plus d’une heure de compétition, la pression de Myriam et de tous ses pairs s’efface enfin face au verdict.

Après une concertation d’une dizaine de minutes, la présidente du TGI annonce le résultat : la première place du concours revient au lycée Pablo Néruda, pour le rôle de procureur, aux côtés du collège Aimée Césaire, dans le rôle de l’avocat. Une nouvelle qui ne manque pas de ravir le maire de Grigny, Philippe Rio, venu spécialement pour l’occasion. « Je suis évidemment très satisfait de voir une élève de notre commune l’emporter. Sans compter qu’elle a fait une prestation remarquable » commente l’élu municipal. Mais si la compétition a su distinguer deux gagnants, elle n’a pas pour autant révélé de perdants, comme aime à le rappeler le préfet délégué à l’Egalité des chances, Joël Mathurin. En effet, tous repartent avec un grand sourire aux lèvres, et des cadeaux pleins les poches.

Une remise de prix pleine de rebondissements
En signe de récompense, tous les participants au concours se voient remettre des liseuses, à l’exception des deux grands vainqueurs qui, eux, peuvent repartir avec une tablette numérique sous le bras. Devant les regards émerveillés des spectateurs face aux cadeaux remis à leurs camarades, les membres du jury prennent ensuite la parole à tour de rôle. Le premier à s’exprimer, c’est Eric Lallement, procureur de la République. « Être invité à rejoindre un jour le parquet nécessite beaucoup de retenue, et vous en avez fait preuve aujourd’hui. J’espère que cela vous encouragera peut-être à suivre la voie de la justice » commente le procureur, le sourire aux lèvres. Mais l’intervention qui fait le plus sensation, c’est celle de Patson. Humoriste d’Évry rendu célèbre par le Jamel Comedy Club, l’artiste est venu participer à l’événement en tant que juré, non sans apporter un petit quelque chose. « Je tiens à tous vous inviter à mon prochain spectacle. Aussi, je tournerai bientôt une mini-série. Pour cela, j’aimerais beaucoup que les deux grandes gagnantes du concours participent au tournage, afin de jouer le rôle d’un avocat et d’un procureur » déclare l’humoriste, remercié par un tonnerre d’applaudissements.

Face à la grande réussite de cette première du concours d’éloquence du TGI, tous se voient donc déjà réitérer l’expérience. Et pour cause, le Préfet délégué à l’égalité des chances, Joël Mathurin, annonce d’ores et déjà qu’une nouvelle édition de la compétition verra le jour l’année prochaine.

Extrait de essonneinfo.fr du 16.02.16 : Des collégiens de l’Essonne s’affrontent dans un concours d’éloquence

Répondre à cet article