> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Positions) > Educ. prior. Positions autres : observateurs, assoc., témoignages > Les 4 caractéristiques des 20% de jeunes en "désespérance" dans les collèges (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les 4 caractéristiques des 20% de jeunes en "désespérance" dans les collèges en difficulté, vues par Viviane Micaud (Club Médiapart)

8 janvier 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

[...] Les caractéristiques de l’état de destruction psychique de ces jeunes

Je vais tenter d’expliciter l’état d’esprit de ces jeunes sans soutien efficace pour leurs difficultés par le système jusqu’à la fin de leur troisième, état d’esprit que connaissent bien les profs de lycée pro et les associatifs impliqués dans l’aide au devoir ou le soutien aux décrocheurs. Il est quasi-identique dans tous les établissements scolaires qui cumulent des difficultés, il s’agit d’une réponse d’autoprotection aux « agressions » du système scolaire. Les enseignants ne sont pas en cause. Ils font le mieux qu’ils peuvent avec la représentation des difficultés qui est la leur, dans les contraintes qu’ils ont. Les problèmes se situent au niveau de la gouvernance du système de l’Education nationale. Ensuite, je vais tenter de donner des explications sur comment on en est arrivé là, sur les moteurs et les blocages qui expliquent que la situation, connue depuis 1982, va de pire en pire.

Je vais expliquer pourquoi je pense que la réforme du collège donne des fondations adaptées pour améliorer la situation, et comment nous devrions impliquer la société civile pour faire partager les règles implicites des uns et des autres et pour éviter certaines communications, tout au moins, maladroites sur l’égalité des chances.

Je rencontre régulièrement des jeunes et leurs enseignants car je suis bénévole dans une association qui intervient dans les établissements scolaires et dans les forums sur les sciences ou sur les métiers scientifiques. Ce qui explique que j’ai le « terrain » au sens du sociologue pour être sure de mon analyse.

Ces jeunes ont quatre caractéristiques :
- La première est qu’ils pensent que les dés sont pipés pour eux et que quoiqu’ils fassent ils n’auront pas le droit aux places les plus enviables,
- La deuxième est qu’ils ne croient pas qu’ils ne sont pas capables de réussir,
- La troisième est qu’ils ont des techniques pour cacher quand ils ne comprennent pas
- La quatrième est qu’une grande partie d’entre eux gèrent la non-écoute des conseils.

Les personnes qui aident ses jeunes-là à avoir une « ambition raisonnable », en leurs donnant les vraies règles du système, en les convaincant que c’est possible et leur aidant à reprendre confiance en eux, connaissent bien ces traits de l’état d’esprit des jeunes. Ces personnes se trouvent, dans les collèges en REP où le nombre de jeunes dans cet état constitue une masse critique telle qu’il est impossible de faire l’autruche, dans les lycées professionnels où les élèves sont tous des brisés du collège et où le travail d’accompagnement est possible car ils sont enfin à 15 élèves par classe, ou ces personnes sont bénévoles d’associations qui se défoncent pour trouver un stage pour un jeune sans relation qui a un projet ambitieux mais tout à fait réalisable s’il y croit. [...]

Extrait de blogs.mediapart.fr/viviane-micaud/blog du 07.01.16 : Pourquoi un déni de la mise en désespérance des jeunes par le système éducatif ?

Note du QZ : Les 4 caractéristiques sont largement développées dans la suite de l’article

Répondre à cet article