> ACTEURS (EP et hors-EP) > Parents > Parents (Etudes univers.) > L’enquête Fotinos auprès de chefs d’établissements montre une dégradation de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’enquête Fotinos auprès de chefs d’établissements montre une dégradation de leur perception des parents plus forte chez ceux exercant en ZEP. Les commentaires du SNPDEN et de la FCPE

6 novembre 2014

Ajout le 08 décembre 2014

Menacés et insultés par des parents, les personnels de direction considèrent très négativement leur place et leur rôle dans les établissements scolaires. Près d’un chef d’établissement sur trois leur dénie même un rôle éducatif positif envers leurs enfants, surtout quand les parents sont de milieu modeste. Voilà quelques enseignements de l’étude que publie Georges Fotinos à partir d’une enquête représentative auprès des personnels de direction. Les parents des milieux populaires s’éloignent-ils vraiment de l’Ecole ? Ou les personnels de direction ont-ils du mal à accepter la démocratisation de l’Ecole ?

Réalisée avec le soutien du Snpden, le principal syndicat des personnels de direction, cette enquête a touché près de 14% des chefs d’établissement ce qui lui donne une sérieuse représentativité. Elle est publiée avec le soutien de la Casden. Ses grandes lignes avaient été révélées en janvier 2014 par le Café pédagogique suite à l’audition de Georges Fotinos devant une commission de l’Assemblée nationale. La publication de l’enquête entière apporte de nouvelles précisions qui prennent aussi sens dans le climat général de l’Ecole.

[...] Un chef d’établissement sur trois juge que la majorité des parents de son établissement n’inculquent pas les valeurs républicaines à leurs enfants. C’est vrai pour 40% des principaux de collège zep

[...] G Fotinos relève aussi le lien entre la position sociale des parents et le jugement des personnels de direction (perdir). " La caractéristique « socio-économique » des établissements est en très forte correspondance avec les opinions et pratiques des Perdir sur les parents", écrit G Fotinos. "De fait, cette étude fait apparaître une véritable hiérarchie de jugement selon ce critère. C’est ainsi que « la faute des familles » dans la dégradation des relations avec les enseignants est forte pour les Perdir exerçant hors Zep et faible pour ceux exerçant en Zep.
De même, l’enseignement familial du respect des valeurs de l’école républicaine aux enfants est nettement plus indiqué par les Perdir exerçant dans des établissement où la population de parents est « favorisée » que pour ceux exerçant en milieu PCS « défavorisée ». Enfin, ce sont les parents de LP (et dans une moindre mesure des collèges Zep) qui concentrent le plus d’opinions négatives sur leur participation à la vie de l’établissement, au suivi de la scolarité de leurs enfants, au respect des valeurs de l’école républicaine".

[...] Pour G Fotinos, "nous sommes ici peut-être face à l’enseignement majeur de cette étude. Les classes populaires se détachent de plus en plus de l’Ecole de la république. Le fossé paraît s’être considérablement élargi depuis quelques années".

[...] C’est aussi ce que pense Philippe Tournier, secrétaire général du Snpden. Interrogé par le Café pédagogique il estime que G Fotinos "objective des choses que l’on sent à l’ouvre dans l’Ecole. Cette défiance envers l’Ecole est bien normale suite à la montée des inégalités dans le système éducatif. C’est un vrai problème et on le dit depuis des années au Snpden. Maintenant l’idée de la ségrégation scolaire s’est popularisée et cela contribue à la montée de la défiance".
Ce n’est évidemment pas l’avis des parents. Pour Paul Raoult, président de la Fcpe, "c’est l’avis des chefs d’établissement ce n’est pas la réalité. Ca n’engage qu’eux. On n’a aucun élément pour le savoir. De quelles valeurs parlent-ils ? [...]

[...] Dans un court texte qui clôture le livre de G Fotinois, J Vauloup fait 10 propositions anti frustations qui permettraient d’améliorer el climat dans les établissements. Par exemple ouvrir davantage les conseils de classe aux parents et demander aux chefs d’établissement d’en faire le compte rendu. Il relève aussi des paradoxes savoureux (ou amers !) dans la façon dont l’Ecole traite parents et élèves qui contribuent aussi à creuser el fossé. Nous vous laissons les découvrir (page 172).

Extrait de cafepedagogique.net du 04.11.14 : Personnels de direction et parents : Le grand écart

 

Seul un collège relevant de l’éducation prioritaire sur 10 n’a exclu définitivement aucun de ses élèves en 2012-2013, et 12 % d’entre eux ont exclu 10 élèves et plus, ce qui est le cas de 8 % des lycées professionnels et de 2 % des lycées d’enseignement général. Toutefois, sept sur dix des 1 859 personnels de direction qui ont répondu l’an dernier au questionnaire que leur proposaient Georges Fotinos et le laboratoire ACTE EA 4281 (Lyon I) (avec le Vitruvian consulting de Tours) jugent "excellent" ou "bon" le climat de leur établissement. Mais ils sont à peu près aussi nombreux (66 %) à penser que les délégués des parents ne sont pas "représentatifs de l’ensemble des parents", même si les relations qu’ils ont avec eux sont "agréables et efficaces" (92 %). Et ils sont 84 % à penser que les parents respectent leur autorité sur les enfants.

Mais ils sont près de deux sur trois à avoir du mal "à rencontrer les parents des élèves ’difficiles’ car ils n’acceptent pas ou ne viennent pas aux rendez-vous" et dans les établissements où le climat est "exécrable", 50 % des personnels de direction ont régulièrement des différends avec les parents, une proportion qui tombe à 13 % lorsque le climat est "excellent", ce qui n’exclut pas, même dans ces établissements, des différends "quelquefois dans l’année" (46 %).

Et cela semble dépendre, pour partie au moins, des caractéristiques des personnels de direction, même s’il est difficile de distinguer ce qui tient à leur personnalité et ce qui tient à l’établissement lui-même. [...]

Pour G. Fotinos, "plus les liens de l’établissement avec les parents d’élèves se distendent, plus le nombre de différends et d’agressions des parents vis à vis des personnels de direction est important, et plus le climat de l’établissement se dégrade".

Extrait de touteduc.fr du 08.12.2014 : Comment les proviseurs et principaux voient les parents d’élèves (G. Fotinos)

 

Voir aussi
Relations entre les parents d’élèves et les directeurs d’école : enquête de Georges Fotinos ; contestation de la méthode par l’Observatoire international de la violence à l’école (ToutEduc)

La formation continue en établissement (Actualité de la Recherche n° 513 - IFE)

Répondre à cet article