> 6 - ACTEURS et POSITIONS > POSITIONS > Positions syndicales > Le syndicat des personnels de direction (SNPDEN) veut lutter contre (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le syndicat des personnels de direction (SNPDEN) veut lutter contre l’ethnicisation des filières éducatives et les inégalités croissantes entre établissements

15 avril 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Comment lutter contre l’ethnicisation des filières éducatives et les inégalités croissantes entre établissements ? Ces questions étaient à l’ordre du jour du conseil national du Snpden qui s’est réuni du 8 au 10 avril. Le premier syndicat de personnels de direction entend proposer des solutions concrètes. Philippe Tournier, son secrétaire général, présente les propositions du Snpden.

[...] Vous avez décidé de lutter contre les discriminations et les inégalités entre établissements. Qu’entendez vous par là et qu’allez vous faire ?

Cela fait longtemps qu’on soulève cette question. Depuis 2012 on regrettait que la montée des inégalités, l’ethnicisation de pans entiers de l’éducation intéressaient peu le ministère. ON salue le fait que B Hamon soulève cette question qui est centrale. L’école est minée par le fait qu’il est admis par la société qu’elle est inégalitaire. Pour nous c’est un problème de légitimité. On propose le PALME Plan d’Aménagement Local des Mixités à l’Ecole. L’idée c’est qu’on ne règlera pas ce problème d’un coup par une méga mesure.
Le retour à la carte scolaire pure et dure par exemple n’est pas une solution. D’une part on n’aura pas le courage de le faire. D’autre part il y a la présence de l’enseignement privé sous contrat. On préconise que sur des territoires définis de façon qu’ils soient mixtes, tout le monde discute , autorités académiques, parents, autorités locales discutent d’un plan pour rendre les établissements plus mixtes. On ne va pas tout régler d’un coup mais on peut avancer. On peut prendre des mesures locales qui permettent d’avancer et qui soient socialement tenables. On n’est pas obligé d’avoir partout en France le même système d’affectation des élèves. Mais on peut fixer comme objectif que les établissements soient plus mixtes. Il faut des progrès pas des grandes phrases. Etre pragmatique.

Que peut on faire ? Jouer de l’offre scolaire ?
L’offre scolaire ça ne fonctionne pas. Ou personne ne va dans l’établissement ou on recrée un ghetto dans l’établissement. On dit qu’il faut regarder localement. On peut par exemple mettre en place des quotas locaux. On peut aussi redessiner les territoires. Ou encore attribuer sur un territoire des places dans chaque lycée à chaque collège. Ou redéfinir les territoires autour des lignes de transport.

Mais qui gèrerait ? Si on en donne la gestion aux chefs d’établissement ne prend on pas le risque de voir revenir les "marchés aux esclaves" d’antan ?
Sur Paris ce sont les chefs d’établissement qui ont imposé la régulation. Ce sont les autorités qui n’en veulent pas par crainte d’affronter certaines catégories sociales. D’ailleurs depuis que directions sont mises à l’écart la situation a plutôt empiré. On demande une commission locale où les établissements siègent. Et cette commission s’imposerait aussi aux établissements privés par le contrat.

Extrait de cafepedagogique.net du 14.04.14 : Philippe Tournier : S’attaquer concrètement aux inégalités

Répondre à cet article