> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : MATHS et SCIENCES (doc. généraux) > Maths et Sciences (Textes, Déclarations et Rapports officiels) > B* Une expérimentation DEPP de formation continue des enseignants en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Une expérimentation DEPP de formation continue des enseignants en mathématiques en primaire révèle un effet très positif sur les performances des élèves en éducation prioritaire

4 octobre 2012

Note d’information 12.16 octobre

PACEM : une expérimentation de formation continue d’enseignants
en mathématiques
Résultats en CM1

L’amélioration des acquis des élèves est une question centrale du système
éducatif qui peut être abordée par différentes entrées : programmes
scolaires, effectifs des classes, accompagnement individualisé des élèves…
L’expérimentation PACEM (Projet pour l’acquisition de compétences par les élèves en mathématiques) vise cet objectif en misant sur la transformation des pratiques des enseignants dans le cadre d’un dispositif de formation
continue.
Sa spécificité est d’ancrer cette formation sur des évaluations
standardisées, et de chercher à générer un effet d’entraînement
collectif au-delà des seuls enseignants ayant bénéficié de la formation.

Menée en 2010-2012 par la DEPP, cette expérimentation concerne
l’enseignement des mathématiques à un moment-clé de l’école du socle :
la fin de l’école élémentaire (CM1-CM2), et le début du collège (6e-5e). Elle prend centralement en compte la question de l’éducation prioritaire.
À l’issue de l’expérimentation, les performances des élèves expérimentateurs, par comparaison à celles d’élèves témoins, sont significativement meilleures. Cela tendrait à montrer qu’un investissement spécifique de formation et d’accompagnement des enseignants peut conduire,
sans modifications des moyens alloués, à une amélioration sensible
des performances scolaires des élèves.

 

Extraits :

[...] Enfin, les élèves scolarisés en éducation prioritaire représentent un peu plus de la moitié de la population observée (52,3 %). Ils sont très largement surreprésentés dans les circonscriptions 1 et 2 et sous-représentés dans la circonscription-témoin (92,4 % dans la circonscription 1, 70,6 %
dans la circonscription 2 contre 10,8% dans la circonscription-témoin)

[...] Si l’on s’intéresse aux groupes d’élèves définis par les quartiles des scores de réussite standardisés (graphique 4), on remarque que les scores des élèves de la circonscription 1 augmentent plus que ceux des élèves des deux autres circonscriptions pour tous les groupes d’élèves : du groupe 1, constitué par les élèves qui ont les acquis les plus fragiles, au groupe 4, composé de ceux qui obtiennent les scores les plus élevés. On remarque enfin que le bénéfice s’effectue surtout en faveur des élèves dont les résultats sont bas, en particulier dans la circonscription 1.

[...] Si l’on reprend l’évolution des scores des groupes d’élèves en fonction de leurs scores au test 1, on observe que les différences observées en 2010-2011 persistent sur les groupes de bas niveaux entre élèves expérimentateurs et élèves-témoins, et qu’ils diminuent voire disparaissent quand le niveau des élèves augmente, ce qui n’est pas surprenant.

Cela confirme que l’expérimentation a eu « un effet de rattrapage »
en termes de performances des élèves relevant de l’éducation prioritaire, et que cet effet touche surtout les élèves les plus en difficulté.

La Note d’information de la DEPP

Répondre à cet article