> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > DISCIPLINES > Disciplines : MATHS et SCIENCES (doc. généraux) > Mathématiques et Sciences (Textes et Rapports officiels, Déclar. (...) > Les résultats en sciences (enquête Cedre) : niveau plus homogène en fin (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les résultats en sciences (enquête Cedre) : niveau plus homogène en fin d’école et baisse en fin de 3ème mais les performances sont toujours liées au niveau social de l’école ou du collège

25 septembre 2019 Version imprimable de cet article Version imprimable

- Note d’information Depp n° 19.32 – Septembre 2019
Cedre 2007-2013-2018 – Sciences en fin d’école : des résultats stables depuis 11 ans et un niveau plus homogène

En fin d’école primaire, le niveau des acquis des élèves en sciences est stable depuis onze ans.En revanche, la répartition des écoliers dans les groupes de niveaux évolue. Les groupes intermédiaires sont davantage représentés, ce qui traduit une homogénéisation générale du niveau des élèves. Les différences de performance sont toujours très importantes entre les élèves en retard et les élèves « à l’heure ». Les niveaux des filles et des garçons s’équilibrent. La grande majorité des élèves estime avoir un bon niveau en sciences et déclare aimer faire des sciences, en particulier des expériences scientifiques. Les enseignants prêtent à leurs élèves une belle appétence pour la discipline. Dans le même temps, ils considèrent le programme difficile à couvrir

(...) Des performances toujours liées au niveau social moyen de l’école
Prendre la mesure de l’évolution des inégalités socio-scolaires dans les différentes disciplines fait partie des finalités du Cedre.
La DEPP a ainsi mis au point un indice de position sociale pour étudier l’évolution des performances des élèves selon le niveau social des écoles et des collèges. Pour les échantillons de 2007, 2013 et 2018, la moyenne de cet indice a été calculée pour chaque école évaluée. Quatre groupes égaux ont ensuite été constitués, des écoles accueillant les élèves les moins favorisés (premier quartile) à celles accueillant les élèves les plus favorisés (quatrième quartile). Les différences de niveaux restent très marquées par l’origine sociale des élèves, le score moyen progressant à mesure que le niveau social augmente „ figure 4.
Néanmoins, l’écart de niveau entre les élèves des écoles les plus favorisées socialement et ceux des écoles les moins favorisées se réduit : il est de 18 points en 2018, alors qu’il était de 27 points en 2013 et de 22 points en 2007.Dans le même temps, le score moyen des élèves du secteur privé qui avait diminué entre 2007 et 2013 (− 10 points), s’alignant ainsi sur celui du secteur public, progresse et est désormais supérieur de 5 points à celui du secteur public.Cette augmentation de score est liée à une hausse du nombre d’élèves dans le groupe 3, alors que les groupes1, 2 et 5 sont moins représentés. L’écart de niveau entre les secteurs public et privé est donc moins important qu’en 2007, mais bien réel. Ces résultats sont, en grande partie, liés à la structure sociale des publics accueillis

Extrait de education.gouv.fr de septembre 2019

 

- Note d’information n° 19.33 – Septembre 2019
Cedre 2007-2013-2018 – Sciences en fin de collège : des résultats en baisse

Les performances en sciences des élèves de troisième sont en baisse en 2018 alors qu’elles étaient restées stables entre2007 et2013. Contrairement aux évaluations de 2007 et de 2013, celle de 2018 ne montre plus d’écart de score significatif entre les filles et les garçons. Si les écarts de performances restent liés au profil social des élèves, la baisse concerne aussi bien les élèves des collèges les plus favorisés que ceux des collèges les moins favorisés. Comme cela avait été observé lors des évaluations précédentes, les élèves savent mettre en œuvre un protocole expérimental, mais éprouvent plus de difficultés lorsque les gestes manipulatoires demandent plus de précision. Enfin, les élèves déclarent comprendre l’intérêt des sciences et plus de la moitié d’entre eux sont satisfaits de leur niveaudans cette discipline même s’ils y consacrent peu de temps de travail personnel.

(...) Des performances en baisse quel que soit le niveau social moyen des collèges
Prendre la mesure de l’évolution des inégalités socio-scolaires dans les différentes disciplines fait partie des finalités du Cedre. La DEPP a ainsi mis au point un indice de position sociale pour étudier l’évolution des performances des élèves selon le niveau social des écoles et des collèges. Pour les échantillons de 2007, 2013 et 2018, la moyenne de cet indice a été calculée pour chaque collège évalué. Quatre groupes égaux ont ensuite été constitués, des collèges accueillant les élèves les moins favorisés (premier quartile) à ceux accueillant les élèves les plus favorisés (quatrième quartile). Les différences de niveaux restent très marquées par l’origine sociale des élèves, le score moyen progressant à mesure que le niveau social augmente „ figure 4.
Néanmoins, on observe que la baisse des performances concerne tous les élèves, quel que soit le quartile auquel leur collège appartient.

Extrait de education.gouv.fr de septembre 2019

Répondre à cet article