> 6 - ACTEURS et POSITIONS > ACTEURS (rubriques) > PREFETS DES ETUDES (archives) > Les missions des "référents éducatifs" (alias préfets des études) mis en place (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les missions des "référents éducatifs" (alias préfets des études) mis en place au collège ECLAIR Claude Monet d’Argenteuil (Val-d’Oise) (avec une note du QDZ)

27 septembre 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les membres du collège Claude MONET ont décidé de mettre en place un référent éducatif pour chaque niveau de classe. Ce dispositif vise à donner un repère supplémentaire aux élèves les plus en difficulté d’un niveau et proposer des prises en charge adaptées (PPRE, accompagnement éducatif, stages…).

Extrait de educationprioritaire.ac-versailles.fr : Mise en place des "référents éducatifs" au collège Claude Monet d’Argenteuil

 

Les membres du collège Claude MONET décident de mettre en place un référent éducatif pour chaque niveau
de classe. Ce dispositif vise à donner un repère supplémentaire aux élèves les plus en difficulté d’un niveau et
proposer des prises en charge adaptées (PPRE, accompagnement éducatif, stages…).

Les missions confiées au référent éducatif ne doivent pas interférer ni se superposer avec celles des autres
membres de l’établissement (CPE, AS, COP, Professeurs principaux…) mais, au contraire, venir en renfort de
celles-ci. Il intervient à la demande du Professeur principal ou du CPE de niveau.

Les référents éducatifs sont désignés par le Chef d’établissement parmi les enseignants volontaires. Ils ne font
pas partie de l’équipe de direction et n’occupent pas de position hiérarchique sur les autres membres de
l’établissement. Chaque référent éducatif dispose de 2h00 pour assurer cette mission. Ces heures peuvent être
intégrées au service de l’enseignant ou effectuées en heures supplémentaires.

1. Le profil des élèves
Chaque référent éducatif a en charge les élèves les plus en difficultés d’un niveau de classe. Une douzaine
d’élèves environ pourraient être concernés sur une année scolaire, mais il est souhaitable, pour des questions
d’efficacité, de ne pas en suivre plus de 4 ou 5 à la fois. Les élèves de l’ULIS, qui disposent déjà d’un
enseignant coordonnateur, et ceux de la SEGPA ne relèvent pas de ce dispositif. Peuvent être ciblés :
- les élèves en grandes difficultés scolaires
- les élèves ayant obtenu le passage en classe supérieure sans avoir atteint un niveau suffisant
- les élèves relevant d’un PPS et nécessitant un accompagnement spécifique de leur scolarité

2. Les missions des référents éducatifs et la cohérence du dispositif
Le référent éducatif a pour principale mission l’accompagnement individualisé de ces élèves. Pour cela :
- Il collecte les informations nécessaires pour mettre en place un accompagnement pédagogique et
éducatif pour chaque élève.
- Les élèves sont repérés par les Professeurs principaux et les CPE, parmi ceux qui rencontrent des
difficultés scolaires ou manifestent des signes de mal-être et qui nécessitent des prises en charge
adaptées (PPRE, stages, accompagnement éducatif, PRE, espace OVAL, atelier relais…).
- Il conduit des entretiens de suivi à un rythme régulier avec chacun des élèves pour les épauler dans
leurs difficultés et les accompagner individuellement.
- Il participe aux commissions éducatives organisées pour ces élèves.
- Il dresse, pour chaque élève, un bilan trimestriel écrit à l’attention du Professeur principal pour
l’information du Conseil de classe.

Les missions des référents éducatifs sont modulables et adaptables en fonction du niveau de classe concerné.
Ainsi, le référent de Sixième oriente son action sur l’adaptation au collège ou sur les éventuelles réorientations
en classe de SEGPA, ceux de Cinquième et Quatrième pourront travailler sur le Parcours de Découverte des
Métiers et des Formations, alors que le référent de Troisième se consacre surtout à l’orientation en fin
d’année.

Lire la fiche "Référent éducatif" en PDF

 

Note du Quotidien des ZEP (QdZ) :  :
Les missions de ces référents éducatifs" semblent proches de celles des "préfets des études". Le récent rapport des inspections générales sur la mise en oeuvre d’ECLAIR avait lui-même déploré cette appellation officielle et demandé sa révision.
Dans d’autres académies (à Paris par exemple), les "préfets des études" sont appelés "coordonnateurs de niveau".
La difficulté est de trouver une appellation qui distingue bien cette fonction de deux autres : celle des professeurs "supplémentaires" (appelés aussi "référents" ou "d’appui") et celle, plus ancienne, de "coordonnateur" devenu par la suite "secrétaire de comité exécutif".

Nos lecteurs ont-ils une suggestion à faire pour remplacer le malencontreux terme de "préfet des études" de manière que de nouvelles confusions ne s’ajoutent aux dénominations officielles ou d’usage de ces fonctions propres à l’éducation prioritaire ?
Rappelons que les "coordonnateurs" (secrétaires de comité exécutif) existent aussi bien en RRS qu’en ECLAIR.

Répondre à cet article