> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > Ethnicité / Laïcité / Racisme / Immigration > Nouvelle (et longue) polémique sur le niveau scolaire des enfants d’immigrés (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Nouvelle (et longue) polémique sur le niveau scolaire des enfants d’immigrés après les propos de la rectrice d’Orléans-Tours. Le sociologue et démographe Jean-Luc Richard réfute les déclarations de Claude Guéant

20 juin 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif 22 juin

Selon cette trans­crip­tion (publiée par le journal), Mme Reynier a dit : "Si dans les enquêtes PISA (de l’OCDE : ndlr), dans tous les pays concer­nés, on enlève fina­le­ment les enfants issus de l’immigration, on n’a pas du tout les mêmes résultats".

A France 3, Mme le rec­teur a expli­qué mardi qu’elle par­lait "d’une situa­tion qu’on trouve dans l’académie (où) on trouve des classes dans les­quelles il n’y a plus ni mixité sociale ni mixité cultu­relle. Ayant un vécu moi-même d’enfant d’immigrés, je me disais que dans la même situa­tion je n’aurais aucune chance".

Extrait devousnousils du 21.06.11 : Immigrés. le recteur d’Orléans-Tours nie avoir prononcé la phrase polémique

 

Contacté par Le Monde, le ministre de l’éducation, Luc Chatel, a expliqué que " sa formulation a peut-être été maladroite, mais la suite de l’interview était, lui, sans ambiguïté, quand elle parle de l’ambition que l’on doit avoir pour ces jeunes parmi lesquels il y a de nombreux talents ".

Extrait de lemonde.fr du 22.06.11 (édition papier)

 

Le commentaire de la Lettre de Tout Educ du 22.06.11 : Ces propos ont fait scandale. Pourtant, lorsqu’il était ministre, Xavier Darcos en a tenus de semblables, affirmant devant des journalistes que, sans l’immigration, la France ne serait pas si loin derrière la Finlande aux tests PISA. C’est que, si l’interview de Marie Reynier ne s’inscrivait dans un certain contexte politicien, et si elle ne recourait pas à une certaine vulgarité dans l’expression, nous serions face à une évidence : les enfants des classes sociales défavorisées réussissent moins bien que les enfants favorisés. [...] Chacun sait par ailleurs que, à conditions égales, les enfants issus de l’immigration réussissent plutôt mieux que leurs homologues "de souche", mais qu’ils ne sont pas à conditions égales, et que la population immigrée est moins souvent dans les beaux quartiers que dans les cités.

Fin de l’additif

***

 

[Dans une interview, la rectrice] Mme Reynier avait estimé que "si on enlève des sta­tis­tiques les enfants issus de l’immigration, nos résul­tats ne sont pas si mau­vais ni si dif­fé­rents de ceux des pays européens".

"D’où sortent ces chiffres ?", s’est inter­rogé M. Delavergne [EELV), dénon­çant "des pro­pos qui vont dans la droite ligne du ministre de l’Intérieur". [...]

Dans l’interview, le rec­teur avait rejeté une part de la res­pon­sa­bi­lité des retards sco­laires pré­su­més sur les parents.

Extrait devousnousils.fr du 19.06.11 : EELV dénonce des propos du recteur sur les enfants issus de l’immigration

 

Lire l’interview intégrale dans La Nouvelle République du 17.06.11 : "Cette académie manque d’ambition"

 

« Si on enlève des statistiques les enfants issus de l’immigration, nos résultats ne sont pas si mauvais ni si différents de ceux des pays européens ». Ces propos discriminatoires de la rectrice de l’Académie d’Orléans-Tours sont indignes d’un fonctionnaire de l’Education nationale.

Lire le communiqué du SNUipp, qui rappelle l’étude de la DEPP http://www.snuipp.fr/Le-recteur-de-...

 

L’article du cafépédagogique.net du 20.06.11 : Quand la rectrice se lâche

 

A milieu social comparable, les enfants d’étrangers réussissent aussi bien leurs études que les jeunes Français, explique le sociologue et démographe Jean-Luc Richard.

Sur 100 enfants qui quittent l’école sans diplôme ni qualification, 25 ont un ou deux parents immigrés. On est loin de la proportion des deux tiers [du ministre del’Intérieur].

Une autre statistique intéressante peut être tirée de l’échantillon Insee, qui analyse la population d’enfants d’immigrés non français qui quittent la France : ce sont d’une part les moins diplômés, et d’autre part les plus brillants, c’est-à-dire ceux qui sont en grave échec ou au contraire ceux qui trouvent des postes intéressants dans leur pays d’origine. Mais, entre les deux, les jeunes d’origine étrangère vont grossir sans bruit, en France, les rangs des classes moyennes.

Extrait de nouvelobs.com le 20.06.11 : "Les enfants d’immigrés ? Aussi bons que les autres !"

 

Lire l’article de l’Observatoire des inégalités sur les taux de réussite au bac des élèves issus de l’immigration

Répondre à cet article