> 3 - Les Positions de l’OZP > 2 - Toutes les prises de position de l’OZP > Communiqué de l’OZP du 7 juillet 2010 : L’OZP reçu par le cabinet de Luc Chatel (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Communiqué de l’OZP du 7 juillet 2010 : L’OZP reçu par le cabinet de Luc Chatel au sujet du programme Clair. Le commentaire du Café pédagogique

8 juillet 2010 Version imprimable de cet article Version imprimable

L’OZP reçu au cabinet de Luc Chatel au sujet du programme Clair

L’OZP a été reçu hier à leur demande par deux membres du cabinet de Luc Chatel qui souhaitaient expliciter le programme Clair et « dissiper les malentendus » (à la suite du communiqué de presse de l’OZP du 29 juin.)

Le cabinet n’a pas apporté d’éléments nouveaux sur le programme Clair et s’est montré embarrassé notamment par l’absence du premier degré dans le projet.

L’OZP a réitéré ses craintes au sujet du lancement de ce programme qui a été récemment annoncé comme devant à terme se substituer à l’éducation prioritaire.

L’OZP a proposé l’organisation d’une journée nationale publique en 2010 au cours de laquelle le ministre présenterait le bilan de l’évaluation des RAR (Réseaux Ambition Réussite) et indiquerait ses priorités et axes de travail pour l’éducation prioritaire.

Le 7 juillet 2010

Contact : 06 43 78 69 03
ozp[at]ozp.fr

 

Un embarras révélateur. Interrogé par le Café, Marc Douaire, un des responsables de l’OZP, révèle que le cabinet ministériel "n’a pas pris en compte du tout la question du primaire". Le cabinet a été incapable d’expliquer comment le dispositif CLAIR ("collège et lycée pour l’ambition, l’innovation et la réussite") allait prendre en compte les écoles primaires. "On ne sait rien non plus sur tout ce qui se passe autour de l’école. Ces deux éléments font que le dispositif CLAIR ne peut pas s’apparenter à une politique d’éducation prioritaire", estime Marc Douaire.

Trou d’air. Le ministère ne sait pas exactement ce que sont les préfets des études qu’il met pourtant en place et comment ils vont s"articuler avec le conseil pédagogique. Il ne sait pas comment les chefs d’établissements pourront sélectionner des enseignants pour des postes que personne ne désire. L’idée même d’une éducation qui lutte contre les déterminismes sociaux est évidemment en contradiction avec l’idéologie de la responsabilité individuelle et de l’égalité des chances promue par Nicolas Sarkozy. Alors que la rigueur budgétaire s’approfondit, bien loin de "dissiper les malentendus", l’entretien avec le cabinet ministériel a révélé que l’éducation prioritaire est tombée dans un vide conceptuel. Son avenir n’est plus dessiné.

Extrait de cafepedagogique.net du 08.07.10 : L’éducation prioritaire se perd dans une brouillard conceptuel

Répondre à cet article