> ACTEURS /POSITIONS > POSITIONS > Positions d’associations, journalistes, personnalités... > Les activités des Cahiers pédagogiques sérieusement menacées par la suppression (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les activités des Cahiers pédagogiques sérieusement menacées par la suppression de l’un des deux postes de détachés financés par le ministère. Les mêmes restrictions touchent le GFEN

3 juillet 2010 Version imprimable de cet article Version imprimable

Philippe Watrelot, président du Crap-Cahiers pédagogiques a adressé vendredi 2 juillet 2010 le message suivant aux adhérents du mouvement :

Le CRAP-Cahiers pédagogiques serait-il devenu à moitié inutile ? C’est en tout cas le message que le ministère de l’Éducation nationale nous envoie ce jour en annonçant la suppression de la moitié de la subvention permettant le paiement des deux enseignants en détachement dans notre association dès la rentrée de septembre.

Depuis les années 80, des personnels de l’Éducation nationale nous accordaient de temps à consacrer pour les activités de l’association, sous forme de décharges ou de mises à disposition. Depuis la rentrée 2009, il s’agissait de deux pleins-temps en situation de détachement, c’est-à-dire employés par l’association et payés grâce à une subvention compensatoire versée par le ministère. C’est cette subvention qui est réduite de moitié.

Ces deux enseignants s’occupent de toutes nos publications (la revue elle-même, les hors-séries, le site) et des autres activités de l’association (gestion au quotidien, activités publiques, etc.). La suppression de l’un de ces deux plein-temps ne peut que nous contraindre à réduire considérablement nos activités, alors même que, à en croire l’augmentation de la diffusion de nos publications depuis quelques mois, nous étions dans une dynamique encourageante.

L’annonce de cette décision le vendredi 2 juillet (par un coup de téléphone d’un membre du Cabinet du Ministre) avec effet au mois de septembre nous met dans une situation très difficile : comment s’organiser pour assurer la fabrication de nos publications malgré tout dans un délai aussi court ? 4400 abonnés, dont de nombreux établissements scolaires, nous font confiance pour mettre à leur disposition une revue de haut niveau, d’une qualité jamais remise en cause ; 4000 personnes consultent quotidiennement notre site internet pour y trouver des ressources, des informations utiles dans leur métier ; 2000 personnes passent commande chaque mois sur notre site pour acquérir d’anciens numéros ou des hors-séries ; trois salariées travaillent quotidiennement pour la gestion, secrétariat et comptabilité, de toutes ces activités. Supprimer un poste de détaché, c’est nous contraindre à remettre en cause nos engagements, c’est menacer des emplois.

D’un point de vue personnel, pour les enseignants concernés, apprendre subitement que tous les projets engagés sont remis en cause, qu’il faut envisager brusquement une réintégration alors que les mouvements de mutation sont clos est également un coup dur.

Ces deux postes d’enseignants sont à la fois essentiels pour assurer la pérennité de nos activités, et dérisoires à l’échelle d’un ministère employant des centaines de milliers de personnes. La décision de supprimer la moitié de ces postes ne peut qu’être interprétée que comme un acte d’hostilité à notre égard, comme une marque de dédain stupéfiante vis-à-vis de nos activités.

Nous avons la prétention de croire que l’activité des enseignants détachés pour le CRAP-Cahiers pédagogiques est utile pour l’école, bien autant que ce qu’ils peuvent faire dans une classe, qu’il ne s’agit pas d’une dépense superflue dont on pourrait se passer sans dommage en période d’austérité.

L’école a besoin de pédagogie, a besoin des mouvements pédagogiques. Nous demandons instamment au ministère de l’Éducation nationale d’au moins suspendre cette décision.

Nous avons besoin de votre soutien !

Philippe Watrelot
Président du CRAP-Cahiers Pédagogiques
tel 06 74 99 96 90

 

Note du QdZ :
Rappelons l’intérêt que les Cahiers pédagogiques portent à l’éducation prioritaire, ce dont témoignent plusieurs numéros réalisés en collaboration avec l’OZP.

Tous ceux qui connaissent les publications du CRAP apprécient hautement leur qualité, sur le fond et la forme, leur régularité, leur diversité, leur profond attachement aux expériences de terrain menées par des militants pédagogiques passionnés par leur métier, leur rigueur intellectuelle et leur indépendance d’esprit.

L’OZP comprendrait mal que des nécessités budgétaires puissent menacer aussi la réflexion pédagogique et la recherche appliquée dans ce qu’elles ont de plus dynamique et proche des préoccupations des enseignants à tous les niveaux.

 

Le CRAP-Cahiers pédagogiques et le GFEN dénoncent conjointement la "violence gouvernementale" qu’ils subissent : "Le ministère de l’Éducation nationale vient de [leur] annoncer la suppression de la moitié de la subvention permettant le paiement des enseignants employés dans [les] deux associations dès la rentrée de septembre."

Extrait de touteduc.fr du 03.07.10 : Les mouvements pédagogiques mis en difficulté par une réduction de moitié de leur subvention

 

"Le gouvernement considère-t-il la pédagogie comme un supplément d’âme, une décoration ou une épine dans le pied du ministère ?" interroge le Sgen-CFDT. Avec le SE-Unsa, l’Unsa éducation et, hier, le SnuIPP, il intervient au profit du GFEN et du Crap , amputés chacun d’un poste détaché.

Extrait de cafepedagogique.net du 06.07.10 : L’Unsa et le Sgen demandent le maintien des moyens du GFEN et du Crap

Répondre à cet article