> 3 - Les Positions de l’OZP > 2 - Toutes les prises de position de l’OZP > Reconstruire l’éducation prioritaire, par un membre du CA de l’OZP (mai (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Reconstruire l’éducation prioritaire, par un membre du CA de l’OZP (mai 2002)

2002 Version imprimable de cet article Version imprimable

Reconstruire l’éducation prioritaire

Proposition de résumé de la thématique des Journées de mai 2002 par un membre du CA de l’OZP

La politique de l’éducation prioritaire doit retrouver tout son sens, pas seulement " donner plus à ceux qui ont moins ", mais enseigner mieux là où c’est très difficile. Le label éducation prioritaire doit être le signe d’une mobilisation des acteurs de terrain, de l’institution et des partenaires et pas seulement la reconnaissance des difficultés.

Cette politique a connu de fortes dérives : dilution du dispositif qui concerne 20 % des élèves des écoles et collèges publics, faiblesse ou absence d’impulsion et de pilotage, action se limitant trop souvent à l’attribution de quelques moyens et primes sans répercussions sur l’enseignement etc.

De même que des actions plus spécifiques (collèges sensibles, violence, PEP IV etc.) ont été lancées sur des dispositifs plus resserrés, nous demandons que soient détectés les sites où le service public d’éducation ne peut remplir normalement sa mission (variante : où l’échec scolaire atteint des proportions insupportables) et que, pour une durée réellement limitée et sur des territoires ne regroupant pas plus de 3à5% des élèves, soient créés des projets (ou des sites) d’action pédagogique prioritaire.

Ces projets seraient conçus par les personnels et les familles avec l’aide de conseillers extérieurs. Les personnels s’engagent sur la mise en œuvre du projet, leurs obligations de service seraient redéfinies pour inclure un temps de travail en commun. La gestion de ces personnels serait dérogatoire aux règles communes. Ils bénéficieraient d’un accompagnement et de formation dense.

À tous les niveaux de responsabilité, un dispositif de pilotage assurerait une véritable priorité à ces projets.

Répondre à cet article