> AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2005 > février > 15/02 - Manifestations de parents dans la ZEP de Saint-Denis (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

15/02 - Manifestations de parents dans la ZEP de Saint-Denis (93)

16 février 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du « Parisien » du 15.02.05 : 200 manifestants contre l’absence d’instits remplaçants.

A l’école Jules-Guesde de Saint Denis, où se côtoient une quinzaine de classes, le nombre de jours sans instituteur atteint des chiffres record. « Nos gamins ont dû subir 136 demi-journées non remplacées. En fait, c’est comme si une classe restait sans sa maîtresse pendant quatre mois ! », calcule Cyril Seassau, père d’élève FCPE.

A Marcel-Sembat, ce sont cinq enseignants sur quinze qui manquaient à l’appel il y a peu. « Du coup, un professeur de l’école Picasso a été envoyé en renfort. C’est déshabiller Paul pour habiller Jacques ! », soupire une institutrice. C’est pour dénoncer la multiplication de ces remplacements des instituteurs qu’environ 200 parents, élèves et instituteurs ont protesté samedi midi devant les locaux de la circonscription de l’Education nationale de Saint Denis.

Aucune réponse de l’inspection

Face à la pénurie, les maîtresses tentent de s’adapter. « Nous avons toujours au minimum 2 ou 3 élèves d’un autre niveau, ce qui contribue à surcharger nos classes alors que nous sommes en ZEP », explique Cécile Arquillière, enseignante à Jules-Guesde. « L’apprentissage des connaissances en pâtit », renchérit une collègue. Pour Céline Ducamp, elle aussi à Jules-Guesde, le manque de remplaçants génère des tensions. « Ce système arrive à nous faire culpabiliser lorsque nous sommes malades ! », s’insurge la jeune femme.

Venue manifester avec sa fille, élève de CE1-CE2 à Jules-Guesde, Martine est inquiète : « C’est mauvais de trimballer les enfants d’une classe à l’autre. Comment peut-on se montrer exigeant avec eux dans des conditions pareilles ? » Samedi, la délégation reçue par l’inspection locale n’a obtenu aucune réponse. « Il n’y a plus de remplaçants disponibles en Seine-Saint-Denis, à tel point que l’inspection propose de supprimer des congés formation des maîtres ! C’est aberrant ! Le pire, c’est que, malgré la situation, l’administration ne prévoit que deux remplaçants supplémentaires pour notre circonscription l’an prochain », déplore Yves Travert, président de l’union locale de la FCPE.

Marjorie Corcier.

Répondre à cet article