> AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2004 > décembre > 09/12 - L’IEP de Lille refuse les ZEP (MétroLille)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

09/12 - L’IEP de Lille refuse les ZEP (MétroLille)

11 décembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « MétroLille » du 09.12.04 : l’IEP de Lille refuse les ZEP

L’IEP de Lille refuse les ZEP : coup de théâtre hier à l’Institut d’études politiques de Lille.(09/12/2004). L’ouverture vers la discrimination positive n’aura finalement pas lieu.

Le conseil d’administration de l’établissement a repoussé l’élargissement de l’ouverture auprès des lycées classés en zone d’éducation prioritaire (ZEP). "Notre politique de diversification était pourtant déjà bien avancée avec l’entrée dans le cursus des élèves venant de BTS." Jean-Louis Thiébault, directeur de l’IEP de Lille, dissimule à peine sa déception. Lui qui avait pourtant soutenu cette décision d’accorder des conventions entre l’IEP et des lycées de l’académie de Lille relevant de l’éducation prioritaire.

"J’ai quelques regrets, je dois bien l’avouer, car je sais que tout le monde attendait cet accord. Mais le conseil d’administration s’est donné un mois de réflexion pour confirmer sa décision. Celle-ci est, bien entendu, pour le moment négative."

Vieilles rivalités.

Un dossier rejeté à la fois sur le fond et la forme. Contrairement à l’IEP de Paris. "A Paris, le dispositif de conventions entre l’IEP et des lycées marche plutôt bien", ajoute le directeur. En effet, l’établissement parisien a commencé cette discrimination positive, il y a quatre ans et elle connaît encore aujourd’hui un franc succès. "Il faut dire une chose : moi, je dois appliquer les décisions du conseil. Il est de mon devoir de les soutenir. Maintenant, je pense qu’il existe une vieille rivalité entre les IEP de province et celle de Paris. Elle n’est pas la seule raison de ce refus, mais je déplore qu’elle soit l’une d’elles", conclut-il avec une pointe d’amertume. Décision finale le 15 janvier à l’issue de la prochaine réunion.

Thomas Baume

Répondre à cet article