> 8 - POLITIQUE DE LA VILLE > PLAN ESPOIR BANLIEUES 2008-2009 (archives) > Le busing en CM1-CM2 (archives) > Le « busing » pour supprimer les ghettos scolaires, depuis dix ans à Bergerac (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le « busing » pour supprimer les ghettos scolaires, depuis dix ans à Bergerac (Dordogne) et pendant vingt ans à Gennevilliers (Hauts-de-Seine)

23 mars 2007 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extraits du « Monde », le 22.03.07 : A Bergerac, le "busing" permet de scolariser les enfants d’origine immigrée hors de leur cité

A peine montées dans le car, Maroua et Ibtissane s’installent côte à côte. A l’arrière : en CM2, on ne fraye pas avec les "petits". Chaque jour, ils sont environ 130 à prendre l’un des trois cars affrétés par la mairie, qui les déposeront dans l’une des sept écoles élémentaires du secteur "est" de Bergerac (Dordogne). Une expérience de "busing" venue des Etats-Unis et restée unique en France, qui, bravant le carcan de la carte scolaire, offre depuis dix ans aux "enfants de Caville" une meilleure égalité des chances.

Caville, du nom de l’ancienne école du quartier de la Catte. Une enclave aux portes de la ville : quelques barres HLM, sans commerces ni lieux de vie - hormis un terrain de football impeccablement gazonné. "Pas le Bronx", dit-on ici. Mais des conditions si rugueuses qu’elles ont fait fuir depuis longtemps les Bergeracois "de souche". Construite en 1963, la cité est désormais entièrement peuplée de familles immigrées, majoritairement venues du Maroc.

En 1995, l’école y accueille 103 élèves, dont 83 % d’origine étrangère. Cette même année, Daniel Garrigue, député UMP de la Dordogne, devient maire. Sa décision est vite prise : fermer cette "école ghetto" dans laquelle les enfants parlent l’arabe plus que le français, et où les résultats sont préoccupants ; répartir les enfants de Caville dans les autres établissements, en mobilisant des autocars pour leur transport. "Bien que controversée, cette pratique de "busing", menée dans les années 1960 aux Etats-Unis, avait contribué à l’apparition d’une classe moyenne noire américaine", rappelle-t-il.
Pascale Cholbi, responsable du service enseignement de la mairie, se souvient comment "les Caville" étaient exclus d’office par les autres élèves lorsqu’ils arrivaient au collège. "Les familles migrantes elles-mêmes, lorsqu’elles voulaient que leurs enfants réussissent, faisaient tout pour les faire changer d’école", ajoute Nadine Belin. Alors inspectrice de l’éducation nationale, persuadée que "la citoyenneté et l’image d’eux-mêmes qu’avaient ces enfants dépendaient étroitement de l’hétérogénéité sociale", elle fit beaucoup, avec l’accord du rectorat, pour que cette démarche d’intégration soit appliquée dès la rentrée 1996.

Brassage « enrichissant »

Dix ans plus tard, les autocars de la mixité sillonnent toujours les rues de la ville, au prix de 55 000 euros par an pour la commune. La pratique est entrée dans les moeurs, et le sujet ne fait plus polémique. Ni chez les syndicats d’enseignants - au départ très opposés au projet, à l’exception de la FEN -, ni chez les parents. Pourtant, dans les écoles d’accueil, on craignait que l’arrivée des petits de Caville ne fasse baisser le niveau. Et certains comprenaient mal, à la Catte, comment se justifiait la fermeture de "leur" école. Mais Fatima Guerouani, elle, n’eut aucun doute.

L’école de Caville fut pourtant la sienne, elle qui vit "au quartier" depuis l’âge de 10 ans. "Mais à l’époque, précise-t-elle, nous étions au maximum trois Marocains par classe." Mère de six enfants dont la plus jeune est encore au collège, elle est l’une des trois accompagnatrices qui, chaque jour, veillent au bon transport des élèves. Elle fut dès le départ convaincue du bien-fondé de cette démarche d’intégration qui permet aux enfants de la Catte de parler correctement le français, et d’avoir des résultats scolaires à la hauteur de leurs capacités. Mais aussi d’être invités aux anniversaires dans toute la ville.

Solution miracle ? Il s’en faut : ce qui fonctionne dans une agglomération de 30 000 habitants n’est pas forcément valable pour une grande ville. Et parce que l’expérience n’a pas supprimé le "ghetto" de la Catte. "Les choses n’ont pas été faites dans le bon ordre", souligne Daniel Combret, directeur d’une des sept écoles accueillant les enfants de Caville. Mais il reconnaît que les petits ont ainsi "évité le pire", et que ce brassage "a été enrichissant pour tous".

A la Catte, des barres HLM vont être détruites. A leur place seront construits de nouveaux logements sociaux, qui devraient attirer une population plus diversifiée. Alors seulement, peut-être en 2010, s’ouvrira, ici, une nouvelle école. Ibtissane et Maroua, elles, auront oublié le primaire depuis longtemps. Elles n’ont déjà plus d’yeux que pour le collège Henri-IV, où elles iront en septembre. "Dans le centre, juste à côté de la vieille ville", précisent-elles. Elles prendront le bus municipal pour s’y rendre. Comme tout le monde.

Catherine Vincent

--------------

Un « busing » anti ghetto scolaire a existé pendant 20 années dans les Hauts-de-Seine ( à Gennevilliers) pour 200 élèves.

Extrait du « Monde de l’éducation » de mars 2005 : L’origine des ZEP

L’origine des ZEP : l’égalité par la discrimination

(...)

Leurs écoles risquaient d’aggraver la ségrégation, de « plaquer un ghetto scolaire sur un ghetto social » si leurs élèves y restaient toute leur scolarité. Ils décidèrent de fonctionner autrement. Leurs élèves étaient pour la plu¬part nés en France et parlaient français. Si, au sortir de la maternelle, ils semblaient pouvoir réussir normalement - ce qui était le cas d’une moitié environ -, il fallait les sortir de la cité et les placer dans des classes ordinaires.

Encore fallait-il convaincre les maires et les directeurs d’école de les accepter. Comme ils n’en voulaient pas, ce fut un long travail de persuasion qui ne pou¬vait réussir qu’à condition d’intégrer peu d’élèves dans chaque école, et donc de mettre en réseau beaucoup d’écoles.

Des bus, chaque matin, répartissaient les élèves entre douze écoles sur quatre communes, réalisant ainsi une sorte de ramassage scolaire à l’envers.

(...)

Antoine Prost

Répondre à cet article