> II- EDUCATION PRIORITAIRE (Politique. d’) : Types de documents et Pilotage > EDUC. PRIOR. TYPES DE DOCUMENTS > Educ. Prior. (Audio visuel : films, TV, radio) > Au Festival off d’Avignon, une pièce de la compagnie "Les Entichée.e.s" (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Au Festival off d’Avignon, une pièce de la compagnie "Les Entichée.e.s" sur le quotidien des collèges en réseau d’éducation prioritaire

26 juillet 2023

Théâtre : une pièce à Avignon pour montrer la réalité dans les établissements en réseau d’éducation prioritaire

La pièce "Qu’il fait beau cela vous suffit" sur scène dans le festival off à Avignon, juillet 2023

Ecouter (02:39)

C’est la dure réalité des collèges en réseau d’éducation prioritaire qui est sur la scène du théâtre du Train Bleu, à Avignon. Un collège fictif mais terriblement réaliste, dans ces quartiers autrefois appelés ZEP, avec ses profs parfois aussi paumés que leurs élèves.

Pour écrire cette pièce, Mélanie Charvy et Millie Duyé ont passé beaucoup de temps dans des collèges en réseau d’éducation prioritaire. Leur constat est accablant : "Malgré 30 ans de politique d’éducation prioritaire, rien ne change et même, cela s’aggrave. Y a-t-il une volonté politique de réduire les inégalités à l’école ou de reproduire ce déterminisme social ? On a conscience des réalités du terrain, et on n’agit pas suffisamment. Ils vivent dans des conditions pourries, et les établissement sont pourris. Qu’est-ce que cela raconte ?"

Des scènes courtes et percutantes, la vie scolaire devient théâtre : élève en souffrance devenu ingérable, crise de nerfs d’un prof à bout, des mots sur des maux... C’est un bel hommage au travail des adultes en première ligne, la pièce les montre terriblement humains. Engagées, les deux autrices metteuses en scène proposent à des collégiens de REP d’intégrer leur spectacle.vidéo (Youtube 1/04

Extrait de francetvinfo.fr du 22.03.23

 

Pour en savoir plus

 

Mélanie Charvy et Millie Duyé, un duo de choc dans l’arène de l’éducation nationale
Au théâtre du Train bleu à Avignon, les deux artistes à la tête de la compagnie Les Entiché.e.s invitent à plonger dans le quotidien aussi âpre que poétique d’un collège en Réseau d’éducation prioritaire (REP). Généreuses et authentiques, Mélanie Charvy et Millie Duyé nous guident au cœur de leur processus créatif.

[...] Le spectacle que vous présentez au Train Bleu est une plongée vertigineuse dans le monde enseignant, et tout particulièrement dans les réseaux d’éducation prioritaire. Pourquoi ce sujet ?
Mélanie Charvy et Millie Duyé : Nous menons depuis de nombreuses années de nombreuses actions de médiation culturelle dans des établissements scolaires, en lien avec nos créations et leurs thématiques. Nous avons toujours souhaité travailler avec des élèves pour lesquels le théâtre n’était pas une évidence. Justement pour décloisonner le théâtre mais aussi les sujets que l’on traite sur scène. Pour leur dire que leur réalité peut faire théâtre, afin de sortir du microcosme, d’un entre-soi qui ne nous convient pas, d’un théâtre « bourgeois pour les bourgeois ». Très rapidement, nous avons tissé des liens avec les enseignant·e·s avec lesquel·le·s nous travaillions lors de ces périodes de médiation. Leurs confidences nous ont souvent bouleversées, ont bousculé nos certitudes ou nos ignorances de la situation actuelle du milieu éducatif. Et plus particulièrement celle des établissements scolaires où sont concentrés des élèves en difficulté financière, sociale, éducative. Les situations sociales dramatiques de certains élèves, les conditions souvent dégradées d’enseignement — classes surchargées, manque de personnel, manque de formation —, les établissements scolaires qui tombent en ruines sont autant de raisons de s’indigner et de questionner la place et la responsabilité des instances politiques. Que fait l’État pour permettre une réelle égalité des chances à l’école ? Les réseaux d’éducation prioritaire, les anciennes ZEP, font partie de cette volonté politique affichée de combattre les inégalités de naissance dans le système éducatif. Afin de permettre à tous les enfants d’accéder à une « même éducation ». Nous avons donc décidé d’enquêter en nous servant de méthodes élaborées en sociologie pour venir confronter la rhétorique politique au réel.

[...] Vous évoquez aussi la déshérence politique. L’envie de faire, mais pour des raisons partisanes, de ne jamais vraiment changer les choses…

Mélanie Charvy et Millie Duyé : Le constat est fait et posé depuis de nombreuses années : le système éducatif français ne permet pas de réduire les inégalités des chances. Ces inégalités, depuis trente ans, se perpétuent et s’aggravent. Pierre Bourdieu en parlait déjà il y a cinquante ans, et malgré l’obligation scolaire dès trois ans, malgré des politiques publiques éducatives spécifiques, le constat ne bouge pas. Les élu·e·s connaissent ces constats mais sont malheureusement pour la plupart, très éloigné·e·s des classes populaires et ne mesurent pas la réalité du désarroi de l’école publique. Prenons en exemple nos derniers ministres de l’éducation nationale : combien ont fait leur parcours d’élève dans le système éducatif public ? Combien viennent des milieux populaires, des établissements REP ? Ce réel pourtant bien concret leur échappe et malheureusement leur convient pour garder une position dominante. L’éducation n’échappe pas à cette triste reproduction sociale.

Extrait de oeildolivier.fr de juillet 2023

 

Voir aussi sur Youtube

 

Note du QZ : Rappelons à ce propos le spectacle "Zazizep", suite d’une dizaine de textes écrit et présenté hors-programme officiel lors des Assises nationales de l’éducation prioritaire de Rouen en juin 2008 par Myriam Bourgarel, fille d’Alain Bourgarel et elle-même ancienne élève de ZEP. C e texte a été présenté ultérieurement également dans plusieurs ZEP.

Répondre à cet article