> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Déclarations officielles) > Education prioritaire : Nathalie Elimas annonce une expérimentation à la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Education prioritaire : Nathalie Elimas annonce une expérimentation à la rentrée 2021 dans trois académies de signatures de contrats locaux d’accompagnement avec des établissements ou le rectorat (Le Café, ToutEduc)

23 novembre 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

« Nous souhaitons sortir de cette logique » : le gouvernement remodèle l’éducation prioritaire
Fini les écoles et collèges classés REP : la secrétaire d’Etat Nathalie Elimas nous dévoile en exclusivité le plan du gouvernement pour repenser les moyens attribués aux établissements en difficulté.

REP ou pas REP ? Ce label, repoussoir pour certains parents, signe pour d’autres d’un suivi plus personnalisé de leur enfant, pourrait bientôt disparaître. Après deux ans d’atermoiements, le gouvernement a tranché : la carte des écoles et collèges siglés « Réseau d’éducation prioritaire » (REP) va être remplacée par un système de contrats passés entre l’Education nationale et les établissements en difficulté.

LIRE AUSSI [du 04.11.19] Vers la fin des zones d’éducation prioritaire, trop « stigmatisantes » ?

C’est ce que nous annonce la secrétaire d’Etat en charge de l’éducation prioritaire, Nathalie Elimas. Un changement de philosophie que cette ex-députée (MoDem) du Val-d’Oise, professeure des écoles, veut expérimenter dans trois académies à la rentrée prochaine, avant une possible généralisation.

[...] Au collège, nous allons généraliser avant la fin du mois « Devoirs faits à distance » pour permettre au plus grand nombre de bénéficier d’un service public d’aide aux devoirs en ligne, en dehors de l’école.

Extrait de leparisien.fr du 22.11.20

 

Education prioritaire : La suppression des Rep est en marche...
Dans un entretien donné au Parisien, Nathalie Elimas, secrétaire d’Etat à l’éducation prioritaire, annonce une expérimentation dans 3 académies dès 2021 du remplacement des Rep par un contrat entre rectorat et établissements. Dès 2022 la carte des Rep pourrait être supprimée. Empêtré dans le scandale d’Avenir lycéen, le ministère accélère sa réforme de l’Education prioritaire. Avec deux enjeux : les crédits destinés aux Rep qui pourraient servir d’autres établissements et une autre politique de rémunération des enseignants et l’entrée de l’enseignement catholique dans un dispositif plus rémunérateur, comme le secrétaire général de l’enseignement catholique l’a annoncé en septembre 2020. Selon la Cour des Comptes, la politique d’éducation prioritaire est la seule politique nationale de lutte contre les inégalités sociales. C’est cet enjeu là aussi qui est visé.

La carte des Rep bientôt suppimée

"Nous souhaitons sortir de cette logique de zonage pour donner des moyens aux établissements en fonction de leur projet", déclare Nathalie Elimas, secrétaire d’Etat à l’éducation prioritaire, dans Le Parisien du 22 novembre. Elle annonce qu’il n’y aura pas de changement pour les établissements Rep+ ni pour la carte des Rep en 2021.

" En parallèle, je lance une expérimentation afin de tester le nouveau dispositif : des contrats de 3 ans, passés entre l’école ou l’établissement, et le rectorat, avec une clause de revoyure pour les prolonger si besoin. Ce travail très fin sera fait académie par académie, mais avec un cadrage et une grille d’indicateurs nationaux". L’expérimentation aura lieu dans 3 académies : Lille, Marseille et Nantes. " Le nombre d’établissements concernés sera fixé avant la fin décembre".

Une aide aux devoirs déjà en place

Parallèlement pour les élèves de milieu défavorisé qui ne sont pas en Rep, N Elimas annonce le lancement de "Bureaux d’aide rapide", des services d’aide aux élèves "dans lequel des enseignants répondent aux questions des élèves" pour faire leurs devoirs. Elle n’aura pas de mal à les lancer : ce service existe depuis longtemps dans les académies de Poitiers, Limoges et Toulouse comme en témoigne cet article de 2014 ou encore à Paris depuis 2010.

L’application du rapport Azema Mathiot

Les annonces de N Elimas ne sont pas vraiment une surprise. JM Blanquer avait annoncé le 26 aout qu’il allait "tirer toutes les conclusions" du rapport Azema Mathiot. Quelques jours plus tard, le secrétaire général de l’enseignement catholique déclarait que l’enseignement catholique allait être associé à la nouvelle politique d’éducation prioritaire. Il ajoutait : "JM Blanquer m’a renouvelé son accord".

Ce qu’annonce N Elimas c’est l’application du rapport Azema Mathiot remis en novembre 2019. Ce rapport prévoyait la suppression de la carte Rep et le maintien des Rep+. Le rapport préconisait déjà de remplacer la carte Rep par "une politique de priorisation académique", c’est à dire des contrats passés entre établissements et rectorats et fixait 2022 comme l’année du changement.

Une rupture dans l’histoire de l’Ecole

Cette nouvelle politique aura de nombreux effets. Le premier c’est de répartir autrement les moyens des Rep, soit environ un milliard d’euros par an. Il est clair dans le rapport comme dans la déclaration de N Elimas que les établissements qui bénéficieront de ces sommes ne seront pas les mêmes. Le critère de l’isolement de l’établissement entrerait en compte à coté de la situation sociale des élèves. On assisterait ainsi à un transfert de moyens des quartiers populaires vers les zones rurales permettant d’appliquer l’engagement présidentiel en faveur du rural tout en allégeant le budget de l’éducation nationale.

Dans la rapport Mathiot Azema, la prime Rep et les avantages liés l’enseignement en zone Rep ( avantage mobilité etc.) seraient redistribués notamment pour alimenter une prime d’attractivité. On peut donc craindre qu’une partie des moyens du dispositif soient utilisés pour la politique de rémunération de l’éducation générale.

Quand aux élèves des Rep, le nouveau système annoncé par N Elimas entrainera la disparition des réseaux, en totale divergence d’ailleurs avec la politique de la ville. On passe à un émiettement des aides. Faute d’une politique nationale, chaque recteur devra équilibrer son soutien aux puissances politiques locales. Il y a peu de chances que les départements et communes où le dispositif Rep est appliqué fassent le poids.

Dans son rapport de 2018, la Cour des comptes a rappelé que la politique d’éducation prioritaire est la seule politique nationale de lutte contre les inégalités. On assiste donc à un tournant majeur dans l’histoire de l’Ecole. L’Ecole commence à détricoter une politique en faveur des élèves les plus défavorisés vieille de 40 ans.

François Jarraud
L’article du Parisien

Le rapport Azema Mathiot

L’enseignement catholique

Extrait de cafepedagogique.net du 23.11.20

 

Education prioritaire : le ministère va expérimenter un processus d’allocation graduée des moyens

"Dans la perspective d’une nécessaire évolution de l’éducation prioritaire (...), Nathalie Elimas (...) propose d’introduire plus de progressivité dans l’allocation des moyens en créant des contrats locaux d’accompagnement (CLA) en faveur des écoles et des établissements qui peuvent être socialement proches de l’Éducation prioritaire, ou situés dans des territoires confrontés à des chocs conjoncturels, ou bien ayant des besoins d’accompagnement particuliers identifiés", indique ce 23 novembre le ministère de l’Education nationale qui précise que "les formes et modalités précises de cet accompagnement font l’objet d’une concertation dans le cadre du dialogue social régulièrement conduit avec les représentants des personnels, et plus généralement dans le cadre du Grenelle de l’Éducation".

Il s’agit d’ "apporter une réponse aux difficultés des territoires ruraux et périphériques", de "répondre à la problématique des écoles orphelines et de certains lycées professionnels", de "renforcer l’éducation prioritaire" avec "une approche fine du terrain et avec des moyens gradués".

Les CLA seront expérimentés "dès la rentrée 2021" dans les académies d’Aix-Marseille, Lille et Nantes" avant un élargissement ou une généralisation à la rentrée 2022.

Le communiqué indique que la secrétaire d’Etat en charge de l’éducation prioritaire a pris appui sur les rapports "de la Cour des comptes (octobre 2018), de la Mission Territoires conduite par Ariane Azéma et Pierre Mathiot (automne 2019), de Salomé Berlioux "Mission orientation et égalité des chances dans la France des zones rurales et des petites villes - Restaurer la promesse républicaine", (mars 2020) (voir ToutEduc ici)". Le rapport Azéma - Mathiot recommandait "la sanctuarisation des REP+ et le rattachement à ces réseaux des écoles ’orphelines’ situées dans les ’quartiers’ ". Cette sanctuarisation et la distinction entre REP+ et REP n’apparaissent pas dans le communiqué, même si les CLA ne devraient concerner que "des écoles et des établissements proches de l’Éducation prioritaire".

Extrait de touteduc.fr du 23.11.20
 

Voir en bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la rubrique Educ. prior. (Déclarations officielles), cliquable aussi en haut de la page sous le bandeau et précédé du logo 🏠

Répondre à cet article