> ACTEURS /POSITIONS > ACTEURS > Enseignants > Enseignants (Témoignages, Portraits) > Témoignages de diplômés de grandes écoles qui ont choisi d’enseigner en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Témoignages de diplômés de grandes écoles qui ont choisi d’enseigner en éducation prioritaire

30 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

« Je me suis énormément amusée » : les propos de ces profs d’éducation prioritaire étonnent

Ils ont choisi d’enseigner le français ou les maths dans des banlieues difficiles, alors que leurs études les prédisposaient à des carrières lucratives. « L’Obs » les a rencontrés.

Voici quelque temps, nous avons longuement évoqué l’existence du Choix de l’école, cette association permettant à des diplômés de grandes écoles (Sciences-Po, HEC…) de devenir enseignants dans les établissements du réseau d’éducation prioritaire. Une option qui donne du sens à une carrière professionnelle, bien sûr, mais aussi un vrai plaisir à relever un défi et transmettre les savoirs.

Lire aussi Surdiplômés, ils décident de devenir profs dans les collèges du réseau d’éducation prioritaire

C’est précisément l’une des interrogations que pose Le Choix de l’école : comment expliquer que ces enseignants expriment une satisfaction, si rare au sein du corps enseignant, alors même qu’ils exercent dans des structures qu’on imagine difficiles ? Se voilent-ils la face ? Sont-ils plus résilients que leurs collègues ? Il n’y a pas de réponse unique. Juste des faisceaux d’indices, qui tiennent à leur formation, à leurs projections de carrière, à leurs expériences passées.

« Avec ces enfants, les leçons de morale ne fonctionnent pas »

Sophie Beaujoux, 31 ans, professeure d’anglais, ancienne de l’Isit, la grande école de l’interprétariat.

Extrait de nouvelobs.com du 28.09.19

 

[...] La publication de notre enquête sur le Choix de l’école, cette association qui envoie ses bataillons de diplômés de (très) grandes écoles pour prêter main-forte aux établissements en difficulté a suscité des réactions… pour le moins clivées. [...]

Certains de nos lecteurs ont été favorablement impressionnés par le volontarisme de ces « nouveaux hussards noirs de la République ». D’autres, le plus souvent des enseignants, observent la démarche de l’association avec un mélange de malaise et d’agacement. [...]

Extrait de nouvelobs.com du 29.09.19

Répondre à cet article