> 7 - DISPOSITIFS, ÉVALUATION, VIE SCOLAIRE... > DEDOUBLEMENT, PDMQDC, TAILLE DES CLASSES > L’école rurale au seuil de l’éducation prioritaire, une enquête de La Croix (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’école rurale au seuil de l’éducation prioritaire, une enquête de La Croix dans les Ardennes

26 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

LONG FORMAT L’école rurale, au seuil de l’éducation prioritaire

Isolement géographique et culturel, freins psychologiques à la mobilité, faible taux de réussite aux examens, décrochage scolaire… les zones rurales cumulent les difficultés. À l’heure où le gouvernement réfléchit à la prise en compte du critère de ruralité dans l’éducation prioritaire, La Croix est allée enquêter dans les Ardennes, l’un des départements les plus ruraux de France.

16 h 15. Trois énormes bus blancs se garent presque au même moment devant le collège de Signy-le-Petit, commune des Ardennes située en Thiérache, à quelques kilomètres de l’Aisne et de la Belgique. À l’intérieur du bâtiment, les élèves sont dans les « starting-blocks », mais Nathalie Gouverneur, la principale, retient le mouvement. Elle attend un quatrième véhicule qui doit ramener des élèves partis assister à un spectacle à Charleville-Mézières, la ville de Rimbaud, à 40 km de là.

Le dernier bus à peine arrivé, les 320 élèves se précipitent dehors et s’engouffrent dans celui qui les amènera à bon port. À la question « Les trajets quotidiens en car sont-ils fatigants ? », ils répondent, presque surpris : « On a l’habitude » « Ma fille en a pour un quart d’heure matin et soir, ce n’est pas pire que les transports en ville, assure l’une des rares mamans venues chercher son enfant en voiture. Et puis ici, on a les oiseaux et la nature.

Extrait de Lacroix.fr du 18.04.19

Répondre à cet article