> POLITIQUE DE LA VILLE > DISPOSITIFS VACANCES > Colonies de vacances > Elèves "perdus" : les CEMEA proposent à J-M Blanquer d’inventer "des colonies (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Elèves "perdus" : les CEMEA proposent à J-M Blanquer d’inventer "des colonies de vacances apprenantes" (ToutEduc)

17 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Elèves "perdus" : les CEMEA proposent à J-M Blanquer d’inventer "des colonies de vacances apprenantes"

Réorienter des budgets, par exemple ceux du SNU (service national universel), "réforme qui n’est peut-être, comme d’autres, plus d’actualité". C’est ce que proposent les CEMEA à Jean-Michel Blanquer après que celui-ci eut souhaité "remobiliser ’scolairement’ pendant un temps de vacances" les élèves "perdus". Il s’agirait de financer "des colonies éducatives et émancipatrices, c’est-à-dire, des centres pour partir et profiter des vacances, mais aussi pour préparer la rentrée". Le mouvement d’éducation populaire rappelle qu’il conçoit "les centres de vacances, la colo (comme) des lieux d’apprentissage, de socialisation".

Il rappelle aussi au ministre en charge de la Jeunesse que "les acteurs de l’éducation populaire et des temps de loisirs ont su faire face" aux questions d’hygiène dans le passé et il ajoute qu’ils "sauront se réinventer dans ce contexte de crise sanitaire", relever "le défi d’un collectif apprenant par et pour ceux qui sont en besoin, articulé à un contexte de découverte d’un nouvel environnement, hors du lieu traditionnel qu’est l’école".

Pour les CEMEA en effet, le dispositif d’écoles ouvertes "ne doit pas se substituer à de vraies vacances hors du quotidien habituel de son quartier ou de son village", "des vacances collectives, accueillant des publics hétérogènes, sans aucun doute éducatives, permettant l’évasion, tout en restaurant des apprentissages nécessaires, des capacités à faire, à être ensemble, après ce temps de confinement". Les "centres d’entraînement aux méthodes actives d’éducation" mobiliseront des équipes qualifiées mais "des financements importants seront nécessaires pour assurer l’accessibilité pécuniaire aux enfants qui en ont vraiment besoin", "particulièrement à tous ceux et toutes celles qui ne partiraient pas cet été, et qui ne partaient déjà pas avant, mais pour qui, pourtant c’est tellement nécessaire".

Extrait de touteduc.fr du 16.04.20

 

Voir en bas à gauche la liste (intéressante) des mots-clés de cet article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la rubrique : Colonies de vacances (dans "POLITIQUE DE LA VILLE)

Répondre à cet article