> 7 - Politique de la Ville > Ouverture sociale : Sciences Po, Grandes écoles, universités, entreprises, (...) > Grandes écoles, universités, entreprises, fonction publ. (12 SR) > Les actions des universités > Les parcours d’excellence à partir de la 3ème, notamment en éducation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les parcours d’excellence à partir de la 3ème, notamment en éducation prioritaire, dans les académies de Besançon et Dijon

28 décembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

L’excellence a son parcours

Le 19 décembre dernier, une convention de partenariat "Parcours d’excellence" a été signée par les parties prenantes au rectorat de Dijon.

Conduire des jeunes de milieux modestes vers une poursuite d’études ou une insertion professionnelle ambitieuse et réussie : tel est le principe du Parcours d’excellence. L’objectif est de proposer aux élèves une offre de tutorat collectif, de visites culturelles et de découvertes dès la classe de 3e, puis un suivi individualisé tout au long de leur scolarité au lycée, quelle que soit la filière choisie.

Un engagement multi-partenarial
L’excellence a son parcours
Pour accroître les moyens de cette ambition, les académies de Besançon et de Dijon se sont engagées via une convention de partenariat aux côtés de la DRAAF Bourgogne-Franche-Comté, la COMUE UBFC, l’université de Bourgogne, l’université de Franche-Comté, l’UTBM, l’ENSAM, AgroSup Dijon, l’ESIREM de Dijon et la Burgundy School of Business.

Par cette convention, chacun s’engage à favoriser l’ambition des élèves, à les préparer au lycée et à l’enseignement supérieur, en leur proposant un ensemble d’actions tout au long de leur scolarité, de la 3e au baccalauréat.
Dans l’académie de Besançon, 738 élèves bénéficient des Parcours d’excellence. Ils sont 981 dans l’académie de Dijon.

Assurer l’égalité des opportunités de réussite
L’ouverture culturelle, la découverte des formations en passant par des ateliers de prise de parole sont autant d’actions possibles dans le cadre des Parcours d’excellence, comme le souligne Anne-Marie Didier, référente REP+ au collège Diderot de Besançon.

Mise en place l’an passé cette démarche porte ses fruits, se félicite l’enseignante qui a par ailleurs à cœur de revaloriser les bac pro à haute valeur ajoutée. L’an dernier, 65 collégiens sur 180 ont souhaité bénéficier du Parcours d’excellence qui permet "d’enclencher un mouvement vertueux", relève Anne-Marie Didier.

Ce mouvement vertueux, Jean-Christophe Beck, principal du collège Le Chapitre de Chenôve et Amélie Boirot, proviseure-adjointe du lycée Stephen Liégeard de Brochon ont également pu le constater. Le principal se félicite particulièrement de l’implication des élèves et de leurs parents.

Autre satisfaction : les excellents résultats au DNB, obtenu le plus souvent avec une mention. Aujourd’hui ? Ces élèves sont au lycée Stephen Liégeard où leur "Parcours d’excellence" se poursuit via un accompagnement où il est question de soutien pour améliorer leurs résultats, d’information sur l’orientation et d’ouverture culturelle.

En 2016, année de mise en place du Parcours d’excellence au collège Le Chapitre, 54 % des élèves potentiellement concernés ont souhaité en bénéficier. Ils sont 60 % cette année.

Le bénéfice de l’accompagnement par les pairs
Le tutorat avec un étudiant constitue l’un des axes forts de cette démarche. Une démarche qui doit "retenir toute notre attention" a souligné Jean-François Chanet, recteur de la région académique, en mettant en avant l’importance des liens intergénérationnels et tout l’intérêt que représente ce passage de témoin : "il se créé une dynamique vertueuse car on est plus enclin à s’impliquer quand on a soi-même été bénéficiaire".

"Il n’y a rien de plus puissant que le discours d’un jeune vers un jeune" a relevé pour sa part Frédérique-Alexandre Bailly, rectrice de l’académie de Dijon.

Deux étudiants étaient là pour en témoigner : Fanny, en 3e année de droit et Clément, en 2e année de droit, à Dijon. Tous deux ont reconnu avoir été un peu perdus en arrivant à l’université : "si on peut éviter à d’autres d’en passer par là" et "les aider à conforter leur choix". "Il s’agit aussi de casser un certain déterminisme social", explique Clément, qui poursuit ainsi son engagement "pour être utile", lui qui s’est impliqué au sein du CVL

Extrait de ac-besançon.fr du 22.12.17 : L’excellence a son parcours

Voir sur le site OZP
Pierre Mathiot, délégué ministériel aux parcours d’excellence, dresse un premier bilan du dispositif qui à la fin de l’année scolaire devrait inclure les 364 collèges REP+

Répondre à cet article