> EDUCATION PRIORITAIRE (251 SR) > POSITIONS (5 SR) > Positions politiques (ZEP) > Le SNES s’inquiète du programme d’Emmanuel Macron sur l’éducation prioritaire (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le SNES s’inquiète du programme d’Emmanuel Macron sur l’éducation prioritaire qui risque d’entraîner des "redéploiements de postes" et le retour des recrutements sur profil d’ECLAIR

28 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

[...] Concernant l’idée de “sortir du mythe d’une uniformité qui garantirait l’égalité”, le SNES s’avoue “un peu inquiet”, car “plus on laisse de l’autonomie aux établissements, plus les inégalités augmentent dans les établissements”, constate Valérie Sipahimalani. “Tout dépend donc de ce que l’on met derrière ces mots”, ajoute-t-elle.

Le SNES s’inquiète aussi de la promesse du candidat de “limiter à 12 élèves” les classes de CE1/CP, et des conséquences sur le secondaire : “cela signifierait des redéploiements de postes dans l’Education nationale. Or nous sommes déjà à l’étiage en collège et en lycée”, explique la secrétaire générale adjointe.

Autonomie : le SNES craint le retour de « vieilles lunes »
Le SNES salue la volonté d’Emmanuel Macron de payer davantage les enseignants, et en particulier ceux de REP et REP+, mais reste prudent face à sa promesse de n’orienter vers l’éducation prioritaire que les profs ayant plus de 3 ans d’expérience : “nous craignons que l’on nous ressorte de vieilles lunes de la droite, notamment le programme ECLAIR, dans lequel les chefs d’établissement recrutaient les enseignants sur profils dans les ZEP”, note Valérie Sipahimalani. Selon elle, “ce programme a connu un cinglant échec et a augmenté le turn-over dans les collèges et lycées”.

Le fait de donner un pouvoir de recrutement aux chefs d’établissement “serait inacceptable” pour le SNES. Ainsi, remarque Valérie Sipahimalani, en Suède, où a été mis en place ce système, “les résultats des élèves se sont effondrés : on peut difficilement dire qu’il s’agit d’une recette qui marche”.

Extrait de vousnousils.fr du 27.04.17 : Face au programme éducatif d’Emmanuel Macron le SNES entre prudence et inquiétudes

Répondre à cet article