> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Orientation > Orientation > Comment les préjugés influencent l’orientation des élèves de milieux populaires, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Comment les préjugés influencent l’orientation des élèves de milieux populaires, un dossier du Monde Campus

17 janvier 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Un mélange de bienveillance maladroite, de stéréotypes et de défaitisme pousse parfois les élèves de milieux populaires vers des filières non adaptées à leur potentiel.

« A niveau scolaire égal, les professeurs ont tendance à orienter les élèves de milieu favorisé en seconde générale et les élèves de milieu défavorisé en seconde professionnelle », avec un biais supplémentaire pour les jeunes d’origine étrangère, constate le défenseur des droits, Jacques Toubon, dans un rapport de ­novembre 2016. Les enfants d’ouvriers représentent ainsi 36 % des effectifs des filières professionnelles et seulement 15 % de ceux du général.

Formation des enseignants
Comment expliquer de tels ­déterminismes ? Par l’organisation de l’orientation en France. Sur le territoire, les conseillers d’orientation psychologues sont débordés, et certains centres d’information et d’orientation (CIO) ferment.

Et pour les élèves d’origine ­modeste, privés de « réseau » et de conseils dans leur entourage, l’orientation repose finalementsur des enseignants… qui ne sont pas formés à ces questions. « Je me débrouille, je me renseigne par moi-même, c’est nul », ­dénonce Benoît Del Torchio, professeur principal de seconde dans un lycée de REP (réseau éducation prioritaire) à Stains (Seine-Saint-Denis). [...]

Extrait de lemonde.fr du 16.01.17 : APB : quand les préjugés font bifurquer l’avenir des jeunes

Répondre à cet article