> 6 - ACTEURS et POSITIONS > POSITIONS (rubriques) > Positions syndicales > Mixité : Même si on supprime les options, rien n’empêchera techniquement la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mixité : Même si on supprime les options, rien n’empêchera techniquement la constitution de classes de niveau. Il faut repenser les missions éducatives (blog de l’UNSA)

29 juillet 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

La mixité scolaire et sociale (ou inversement, mais les deux en l’occurrence sont largement liées) est à l’honneur ces derniers jours… Plus justement si on en parle tant –au travers de colloques et de remises de rapports récents- c’est davantage pour regretter son absence, mieux appréhender les phénomènes de ségrégation et envisager des pistes pour (ré)agir.

[...] Le plus inquiétant est le constat de la ségrégation entre classes d’un même établissement, phénomène que l’on retrouve partout sans beaucoup de variations entre académies (si ce n’est une intensité accrue dans les académies ultramarines). En effet, si une part de cette ségrégation est due au hasard de la constitution des classes, l’autre –concernant 25 à 45% des collèges- relève d’une démarche « active » et conduit, en partie par le jeu des options, à la constitution de classes de niveau.

Ainsi donc, la preuve est faite –si cela était nécessaire- que l’école ne subit pas seulement le poids d’une société inégalitaire, clivante et ségrégative, structurant les territoires et se retrouvant donc, telle une image de la société, à l’identique dans les publics scolaires.
L’absence de mixité dans les classes est aussi un choix, celui de trier, de séparer, de distinguer – certainement dès l’école dans certains cas - mais de manière renforcée au collège les élèves selon leur résultat (et donc par corrélation, pour une grande partie, par niveau social).

Ne nous y trompons pas, si la suppression des options peut modifier cette approche, rien n’empêchera techniquement la fabrication de classes de niveau. Plus qu’une évolution structurelle, c’est un changement de mentalité qui s’impose et qui nécessite de repenser les missions éducatives en se demandant pour quoi et pour qui l’on fait classe.

Extrait de questionsdeduc.wordpress ?com du : Mixité, un enjeu de classes

Répondre à cet article