> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > MIXITE SOCIALE, CARTE SCOLAIRE > Entrée ou sortie d’EP, Fermeture, (Re)construction de collège (Mixité sociale, (...) > A Strasbourg, le groupe scolaire Reuss entre en éducation prioritaire dans (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

A Strasbourg, le groupe scolaire Reuss entre en éducation prioritaire dans le réseau du collège Stockfeld (communiqué du DASEN)

13 avril 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le groupe scolaire Reuss fait partie du réseau d’éducation prioritaire du collège du Stockfeld, qui a été étendu aux écoles maternelles et élémentaires du Stockfeld pour les quatre années à venir.

A ce titre les écoles et le collège bénéficient de moyens particuliers ciblés pour favoriser la réussite de leurs élèves : nombre d’élèves réduit par classe, personnels de vie scolaire supplémentaires, postes spécifiques, accompagnement éducatif, école ouverte, soutien aux projets pédagogiques, revalorisation des primes des personnels …
Pour le groupe scolaire Reuss, en maternelle le nombre moyen d’élèves par classe est ainsi de 23,6. En élémentaire le nombre moyen d’élèves par classe est de 22,6 à Reuss 1 et 23,2 à Reuss 2. Ces seuils réduits bénéficient à l’ensemble des réseaux de l’académie, qu’ils soient classés REP ou REP+.
L’académie investit des moyens importants pour les 30 classes et la Classe pour l’inclusion scolaire du groupe scolaire Reuss : 3 postes du réseau d’aide aux élèves en difficulté, un poste dédié à la scolarisation des moins de trois ans et un poste pour le dispositif « plus de maîtres que de classes » qui permettent d’organiser le temps scolaire des enfants de manière spécifique et adaptée afin de mettre en oeuvre des projets pédagogiques innovants.
Le classement en REP ou en REP+ donne aux élèves des conditions identiques d’apprentissage.

Extrait de ac-strasbourg.fr du 13.04.15 : Le groupe scolaire Reuss en éducation prioritaire

 

Voir aussi :
Mouvements de protestation d’enseignants et parents (suite)

Répondre à cet article