> ACTEURS /POSITIONS > ACTEURS > Enseignants > Enseignants (Témoignages, Portraits) > D’une ZEP de banlieue à un établissement de centre ville. "De la difficulté (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

D’une ZEP de banlieue à un établissement de centre ville. "De la difficulté d’être prof chez les bourgeois". Témoignages (article de Louise Tourret)

4 mars 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

De la difficulté d’être prof chez les bourgeois.

[...] Enseigner aux enfants de la bourgeoisie constitue une fin de carrière idéale aux yeux de nombreux profs. Cette vie de prof est moins documentée. Alors, comment enseigne-t-on dans les beaux quartiers ?

D’abord, il y a toujours une petite surprise et un temps d’adaptation. Pour Pascal, professeur des écoles depuis dix-sept ans, passer d’une ZEP de province à un quartier du centre de la capitale a été le début d’une nouvelle carrière :

[...] « Pour la première fois j’ai eu l’impression d’être habillée “en prof”, avec des marques bas de gamme, alors que les mères d’élèves portent au moins deux mois de mon salaire sur le dos, sans parler des bijoux ni des brushing parfaits et des manucures impeccables. Je me fais penser aux profs des sketchs des Inconnus. »

Pour Adrien qui enseigne l’histoire-géographie au collège Lakanal à Sceaux, la distinction sociale apparaît aussi à travers les loisirs des adolescents : [...]

Louise Tourret

Extrait de slate.fr du 03.03.14 : Enseigner chez les « riches » n’est pas toujours plus simple qu’en ZEP

Répondre à cet article