> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > DECROCHAGE, ABSENTEISME > Dispositifs Relais > Une présentation détaillée de la classe-relais du collège RRS Jules Verne de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une présentation détaillée de la classe-relais du collège RRS Jules Verne de Provins

22 mai 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

- La classe-relais du collège Jules Verne de Provins

Cette réussite trouve en partie sa source dans le travail entrepris par l’équipe de la CR : Françoise Mallol (enseignante spécialisée présente depuis 6 ans dans la structure), et Sabrina Feddal (Assistante d’éducation attachée à la CR). Dans le cadre dépaysant et sécurisant de cette classe à petit effectif, grâce à une pédagogie personnalisée et un encadrement renforcé, Kévin, après un vécu scolaire chaotique, a enfin pu prendre le temps de se poser, se rasséréner, découvrir une véritable soif d’apprendre et d’entreprendre.

• Rapide présentation des dispositifs relais

[...]

Pour cette année scolaire, le département dispose de 5 ateliers relais (Esbly, Le Mée/Seine, Moissy-Cramayel et Montereau) et de 7 classes relais (Chelles, Claye-Souilly, Meaux, Melun, Provins et Saint-Pierre-les-Nemours).
120 élèves ont été présentés aux commissions départementales d’admission, présidées par M. Rossière-Rollin (IEN ASH Sud qui y supplée la DASEN), et 85 y ont été admis (11 filles et 74 garçons).
Théoriquement, les sessions sont rigoureusement décomposées : 3 semaines d’immersion totale en classe-relais et 3 semaines de retour progressif dans l’établissement d’origine en partenariat étroit avec son équipe éducative.

• La classe-relais du collège [RRS] Jules Verne de Provins

« Dans les faits, la session peut être renouvelée une fois et l’est le plus souvent : nous bénéficions donc de 12 semaines pour faire, avec le jeune, sa famille et son collège d’origine, un point approfondi de la situation et élaborer en concertation des piste de remédiation », précise Mme Mallol.
« Lorsqu’ils arrivent dans la structure, Ils sont généralement dans une grande souffrance et affichent différents aspects de leur personnalité très malmenés, pas seulement dans les domaines cognitifs ou du comportement, mais également dans l’estime de soi. La CR apporte une véritable rupture psychologique et pédagogique, afin d’aider le jeune à reformuler son rapport aux autres, à lui-même et aux apprentissages. Elle offre des actions préventives et curatives de remobilisation, face à un décrochage partiel ou complet, en vue d’élaborer un projet de formation, tout en consolidant les savoirs fondamentaux et en s’acheminant vers des objectifs de réinsertion. Parallèlement, dans son collège d’origine, chaque jeune de CR est suivi personnellement par un tuteur (généralement le Professeur Principal), chargé de transmettre informations ou documents, et d’établir le lien le plus étroit possible entre les équipes pédagogiques qui ont ce jeune en charge. »

En cette mi-mai, les élèves scolarisés en CR à Provins sont dans la phase de retour progressif dans leur collège, dans lequel ils se rendent deux jours par semaine. Pendant les 3 journées qu’ils passent dans la CR, leurs activités varient en fonction de leur niveau scolaire, de leur collège d’origine, des exigences du parcours et des documents transmis : chacun travaille à son rythme, sur les mêmes supports que les camarades de son collège.
Ainsi, les collégiens de CR travaillent-ils les matières fondamentales, comme les élèves de leurs collèges d’origine, préparent l’ASSR (Attestation Scolaire de Sécurité Routière) ou l’attestation de Premiers secours PSC1 (100% de réussite cette année en CR !), approfondissent leur projet professionnel dans le « coin orientation », mais également font, chaque semaine, des activités de théâtre, pratiquent la boxe anglaise, la sophrologie ou les arts plastiques avec une plasticienne professionnelle, et, le cas échéant, font profiter des élèves du collège de ces activités particulières…. Ces médiations sont fort précieuses, car elles offrent la possibilité d’établir d’autres supports de communication que l’échange purement verbal.

« Pour se reconstruire et évoluer, ils ont besoin de se découvrir et de s’extérioriser », explique Mme Mallol ; « parler n’est pas toujours suffisant et la médiation de la scène, des arts plastiques ou d’un sport de combat nous permet de mieux les cerner pour orienter notre démarche pédagogique. Quant à la sophrologie, elle est une forme d’expression corporelle et de relaxation fort utile, même si les exercices ne sont pas toujours tous réussis : elle procure un moment de calme bénéfique à tous, pendant la séance à la Maison de quartier et ensuite ! »

Les journées passent donc rapidement, dans cette salle de classe colorée et décorée de nombreuses affiches, agrémentée d’un coin lecture, d’un coin orientation, et d’espaces thématiques délimités ; il arrive même que des parents y passent demander des précisions pour l’élaboration d’un dossier ou un conseil pour une décision d’orientation... La collaboration étroite avec les familles est en effet fondamentale dans le processus de rescolarisation et il est parfois nécessaire de les aider dans cette nouvelle dynamique et de les intégrer totalement dans le travail d’évolution : l’objectif de la classe-relais ne peut en effet être atteint que si les 4 parties - la CR, l’élève, la famille et l’équipe pédagogique du collège d’origine - travaillent en complémentarité en jouant chacun leur rôle. A cet effet, un livret de suivi (véhiculé par l’élève), est complété à date fixe par les différents acteurs du projet : il sert d’« outil de cohérence » au dispositif pour en accroître l’efficacité.

C’est donc avec fierté et émotion que Mme Mallol revient sur le succès de Kévin et remercie tous ceux qui l’ont rendu possible, - et en premier lieu Kévin lui-même : « Un grand coup de chapeau à Kévin, d’autant plus accentué qu’il a réussi à se ressaisir suite à un parcours scolaire compliqué, émaillé de décrochages, de doutes et de découragements, jusqu’à la proposition en janvier 2012, d’un passage en classe relais, avec pour objectifs de « redémarrer scolairement, sur des bases saines ». Kévin s’est emparé de cette opportunité avec intelligence et pugnacité, et a su en faire un véritable tremplin, se saisissant avec avidité de tout ce qui était mis à sa portée pour « s’en sortir » [...]

Extrait du site de l’Inspection académique de Seine-et-Marne du 21.05.2012 : De la classe-relais du collège Jules Verne de Provins
à la 1ère place du Concours national « Bus Découverte »

Répondre à cet article