> 3 - Les Positions OZP > Communiqué OZP : Le pilotage des établissements et réseaux en éducation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Communiqué OZP : Le pilotage des établissements et réseaux en éducation prioritaire

14 décembre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

COMMUNIQUE
OZP, 13 décembre 2011

L’Observatoire des zones prioritaires (OZP) a organisé le 10 décembre 2011 un séminaire des pilotes de l’éducation prioritaire qui a réuni 28 responsables de terrain pour de libres échanges entre professionnels, mais aussi pour s’interroger sur l’avenir de l’éducation prioritaire.

Depuis sept ans, l’éducation prioritaire a beaucoup changé et elle va encore nécessairement beaucoup changer. L’évolution en cours, qu’elle aille au terme que lui désigne le ministre actuel ou qu’elle soit « relancée » ou « refondue », se traduit par des fonctions, des finalités et des dispositifs nouveaux et par l’abandon plus ou moins progressif de dispositifs, de fonctions et d’objectifs actuels, anciens ou récents.
Dans cette évolution rapide, que faut il transmettre et que peut-on abandonner ?

Les échanges de cette journée ont montré que la mise en œuvre du programme ECLAIR a pu être sur le terrain l’occasion de relancer une nouvelle dynamique qui paradoxalement se situe dans le prolongement des réseaux Ambition Réussite et des ZEP, alors même que les textes et les discours officiels ne mentionnent plus les fonctions des coordonnateurs de réseaux et des professeurs référents et recentrent sur les collèges l’essentiel des objectifs d’une nouvelle éducation prioritaire composée d’ECLAIR et des internats d’excellence.

Les séminaires des années précédentes avaient montré que les personnels spécifiques de l’éducation prioritaire (coordonnateur, référents, assistants pédagogiques) n’étaient pas de simples moyens supplémentaires mais qu’ils permettaient d’engager une évolution des pratiques professionnelles, de faire vivre des dispositifs de réussite et de mettre en œuvre certaines réformes. Il est ainsi apparu qu’en s’appuyant sur ces personnels les réseaux retrouvaient le sens du socle commun et puisaient dans sa mise en œuvre des repères pour leurs objectifs.

L’OZP trouve dans cette journée de nouvelles raisons de réaffirmer la nécessité de :

  • 1- Maintenir et développer les fonctions de coordonnateur d’éducation prioritaire, de professeur référent, d’assistant pédagogique et de pilote. La nouvelle fonction de « préfet des études » chargé du décloisonnement du pédagogique et de l’éducatif pourrait, après évaluation et expérimentation, s’y ajouter sans s’y substituer.
  • 2 - S’appuyer, pour la mise en œuvre de projets pédagogiques interdegrés sur des réseaux écoles-collège ainsi que sur les partenariats dans le cadre de la politique de la Ville.
  • 3 - Piloter la politique d’éducation prioritaire. Si un niveau fait défaut, c’est toute la chaîne qui manque d’efficacité.
    L’efficience du pilotage des réseaux d’éducation prioritaire et des établissements en éducation prioritaire dépend autant du professionnalisme et de la personnalité du pilote local que des modalités de pilotage académique et national. Une politique active de gestion des personnels d’encadrement et des personnels spécifiques est donc décisive.

 

Lire les comptes rendus de ce séminaire des pilotes

 

Une écho sur le site IRDSU

Répondre à cet article