> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > Ouverture sociale > Grandes écoles, universités, entreprises, fonction publ. > Ouverture sociale (Etudes) > Un sondage IFOP révèle le grand attrait des études supérieures pour les lycéens (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un sondage IFOP révèle le grand attrait des études supérieures pour les lycéens de banlieue mais aussi un certain manque de confiance en soi

12 octobre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Réalisée à l’initiative de l’association Réussir aujourd’hui, en liaison avec plusieurs grandes écoles (Polytechnique, l’Essec, les Mines, l’ENA...), l’étude s’attache à comparer la vision des lycéens et les étudiants des banlieues à celle de leurs homologues de l’ensemble de la France. « La première chose qui nous a surpris, c’est qu’ils ne sont pas tellement différents des autres, souligne Jean-Claude Barrois, président de l’association. Ils ont les mêmes espoirs, la même volonté de réussir. Au fond, ils ont soif des valeurs de la République. Il existe une vraie richesse, un vrai gisement d’énergie dans ces quartiers réputés difficiles. C’est une population qui a envie de s’en sortir, et cela va à l’encontre de tout ce qu’on entend si souvent. »

Extrait de lesechos.fr du 11.10.11/ Les lycéens des banlieues croient aux études supérieures

 

noter enfin que réussir sa vie signifie d’abord, pour l’ensemble des lycéens, de "faire une belle carrière professionnelle (52 % des lycéens "généraux" contre 56 % de ceux inscrits en ZUS). Néanmoins, les lycéens en population générale sont plus nombreux à évoquer également le fait d’"avoir de vrais amis" (41% contre 29% de ceux inscrits en ZUS), tandis que les lycéens inscrits en ZUS citent davantage le fait d’"avoir de l’argent" (35% contre 27% des lycéens "généraux").

Extrait de e-orientations.com du 13.10.11 : Les lycéens des "zones sensibles" satisfaits de leur situation scolaire

Répondre à cet article