> 6 - ACTEURS /POSITIONS > ACTEURS > Enseignants > Enseignants (Témoignages, Portraits) > 40 ans au lycée ZEP Romain Rolland de Goussainvile (93) : l’évolution des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

40 ans au lycée ZEP Romain Rolland de Goussainvile (93) : l’évolution des élèves et des profs depuis 1972

27 avril 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le lycée Romain Rolland, voisin de l’aéroport de Roissy, au bord de Paris, est son premier poste. Elle n’avait pas choisi, elle a même eu peur au début. Et puis cette fille d’ouvrier s’est prise de passion pour son lycée de ZEP. Dans sa classe d’hypokhâgne, à St Etienne, elle était la seule élève venue du « lycée de pauvres ». Elle a consacré toute sa vie de professeur à transmettre, non seulement l’amour de la littérature, mais aussi toute la culture qu’elle dit devoir à l’Ecole.
Aujourd’hui, le bilan est un peu lourd. Le calme est revenu au lycée Romain Rolland, longtemps réputé ultraviolent. Mme Sabardeil collectionne les anecdotes plaisantes et rit des mauvais souvenirs. Pourtant, elle reste inquiète. Elle raconte…

Extrait de lycee-electrique.blog.lemonde.fr du 27.04.11 : [Portait de prof, histoire d’un lycée ZEP- : Quarante ans au lycée de Goussaiville>http://lycee-electrique.blog.lemonde.fr/2011/04/26/portrait-de-prof-histoire-dun-lycee-zep-quarante-ans-au-lycee-de-goussainville/]

 

Le précédent article de la série Six mois avec une classe de lycée pro à Goussainville", 19.04.11 : Tony, élève de première pro : Moi, j’aurais aimé trouver un boulot dans l’art

Répondre à cet article

1 Message

  • Merci

    6 mars 2016 01:19, par robin françois-xavier

    A vous, Madame, qui m’avez tant offert.
    Vous avez été ma professeur de français alors que je n’était qu’un rebut promis à une survie utilitaire.Depuis Vous, la poésie c’est infiltrée dans mes veines. Depuis Vous, la Philosophie m’est devenue essentielle. Je désespère de vous revoir un jour pour pouvoir vous dire combien notre rencontre m’a donner la chance de renaitre ! Il n’est pas un livres que je lise sans me souvenir qu’un jour vous m’avez offert La Chevelure et un Fragment de Discourt Amoureux. Je vous suis fidèle par le partage de ces horizons humanistes. Mon message, ici, comme une bouteille à la mer, fera son chemin. Et s’il n’en reste qu’un silence je vous garderais en mon cœur et dans mon esprit même si le Temps me fait oublier votre nom. Mon respect et mon amitié.

    Répondre à ce message