> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Internats > Internats (Positions) > Lutte Ouvrière dénonce l’écart qui se creuse entre les établissements avec (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Lutte Ouvrière dénonce l’écart qui se creuse entre les établissements avec l’assouplissement de la carte scolaire et l’"esbroufe" des internats d’excellence

11 juin 2010

L’assouplissement de la carte scolaire, mis en place il y a trois ans, a creusé les inégalités entre les différents lycées et collèges, accentuant ainsi un phénomène de « ghettoïsation ». C’est ce qui ressort de deux rapports publiés dernièrement, l’un émanant de la Cour des comptes et l’autre du principal syndicat de chefs d’établissement. Le ministère de l’Éducation nationale, lui, n’a pas jugé utile de tirer le bilan de cette réforme.

Instaurée dans les années 1960, la carte scolaire répartissait les élèves dans les établissements en fonction de leur lieu d’habitation. Bien sûr, des parents avaient les moyens de tricher, ne serait-ce qu’en choisissant pour leurs enfants des options ou une langue vivante rares, que seuls les « bons » lycées proposaient. Mais cela ne touchait qu’une minorité. Avec l’assouplissement de la carte scolaire décidé par le gouvernement à la rentrée 2007, au nom de la « liberté », les parents peuvent maintenant inscrire leurs enfants dans l’établissement de leur choix, la seule limite étant le nombre de places disponibles. Il est évident qu’ils ne se sont pas précipités sur les établissements de banlieue classés ZEP, mais sur ceux qui pouvaient offrir les meilleures chances à leurs enfants de réussir leurs études. […]

Extrait de lutte-ouvriere-journal.org du 11.06.10 : L’assouplissement de la carte scolaire : un écart qui se creuse entre les établissements

 

S’ils peuvent aider quelques élèves, les « internats d’excellence » ne sont que de l’esbroufe. Le gouvernement lance ainsi quelques ballons d’essai, ne concernant qu’une infime minorité d’élèves, pour tenter de masquer qu’il laisse tomber les quartiers défavorisés, malgré les plans Banlieue qui se sont succédé, tous aussi vides et dépourvus de moyens.

Extrait de lutte-ouvriere-journal.org du 11.06.10 : Internats d’excellence : un saupoudrage qui ne masque pas la misère

Répondre à cet article