> ACTEURS > Délégués du préfet et du gouvernement > 160 « délégués du préfet » seront réunis le 16 mars

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

160 « délégués du préfet » seront réunis le 16 mars

6 mars 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de La Lettre d’information de la DIV du 05.03.09 : Les nouveaux délégués du préfet prennent leur fonction

La DIV organise, lundi 16 mars, à La Plaine Saint-Denis (93), à l’Usine, une journée d’accueil destinée aux nouveaux délégués des préfets. Mesure emblématique de la dynamique Espoir banlieues, les délégués du préfet incarnent, selon les vœux de la secrétaire d’Etat à la Politique de la ville, Fadela Amara, le retour de la République dans les quartiers.

Ils seront affectés à 100% de leur temps sur ces territoires, contrairement à leurs prédécesseurs, les délégués de l’Etat, qui ne l’étaient qu’à 20% de leur temps. Cette journée, qui sera suivie de formations organisées au niveau régional par la DIV et le ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales, permettra aux nouveaux délégués du préfet d’échanger leurs expériences et de recueillir des informations sur leur nouveau statut.

160 délégués nommés sont attendus, ils pourront débattre avec la secrétaire d’Etat présente lors de cette journée.

La « Lettre d’information » est publiée par la Délégation interministérielle à la ville

---------

Un exemple

Extrait de Nord-Eclair du 05.03.09 : Un « monsieur quartier » pour Lens, comme promis

« Je ne demande pas l’aumône. Donnez-nous des moyens humains. Ce quartier mérite un délégué au préfet. Le reste on sait faire », avait lancé Guy Delcourt à Fadela Amara, en visite à la Grande Résidence le 27 juin dernier. « Je m’y engage », avait répondu la secrétaire d’État à la Politique de la ville, une « vieille » copine du maire de Lens du temps où elle était présidente de l’association « Ni putes ni soumises ». Mais depuis, plus rien. « J’aurais pu organiser une conférence de presse pour exprimer ma colère, mais j’ai préféré m’adresser directement à Fadela et lui dire qu’on se foutait de nous », raconte aujourd’hui Guy Delcourt.

Lire la suite

Répondre à cet article