> ACTEURS (EP et hors-EP) > Pilotes (Identité prof., Témoignages) > "Un saut dans le vide" : comment les nouveaux contractuels, dont certains (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Un saut dans le vide" : comment les nouveaux contractuels, dont certains en éducation prioritaire, ont-ils vécu leurs premières semaines de classe ? (Francetvinfo)

10 novembre 2022

"Un saut dans le vide" : comment les nouveaux contractuels dans l’éducation ont-ils vécu leurs premières semaines de classe ?

Ils ont fait leurs premiers pas depuis la rentrée de septembre. Près de 7 000 nouveaux contractuels ont été recrutés pour pallier les postes non pourvus. Jamais ils n’ont été aussi nombreux dans l’Education. Alors qu’ils ont repris le chemin de l’école lundi, franceinfo a rencontré quatre d’entre eux en région parisienne

Un "saut dans le vide", et le sentiment d’être "prise dans un tourbillon". Aude, enseignante contractuelle, s’est retrouvée devant des moyennes sections de maternelle dans une école du Val-de-Marne, en banlieue parisienne, classée en éducation prioritaire. Elle a donc un effectif réduit, 19 élèves. Pas vraiment le temps de s’y préparer. Cette ancienne accompagnante des élèves en situation de handicap (AESH), a été prévenue de son affectation deux jours avant la rentrée. Elle remplace une enseignante partie en congé maternité. "J’ai été cherché ce que l’on fait en urgence, un kit de survie les premiers jours de rentrée, raconte Aude. J’ai bricolé, fait des choses comme j’ai pu. Et puis, en moyenne section, on peut assez facilement les occuper, avec des jeux, de la pâte à modeler, du dessin. Mais je ne me suis pas forcément sentie très bien dans ma classe au début, je n’arrivais pas à sortir la tête de l’eau."

[...]
Quentin est lui aussi professeur de français au collège, également en éducation prioritaire, dans les Hauts-de-Seine. Il a été confronté aux mêmes problèmes de discipline que Thomas. Ce doctorant en lettres modernes, et ancien assistant d’éducation (AED), en collège, essaye de relativiser : "Tu penses arriver, pouvoir faire ton cours. Et bien non, tu te rends compte qu’aujourd’hui, ils ne veulent pas travailler. Ils ont décidé d’être agité. Ce qui m’a paradoxalement rassuré. En fait, je passais beaucoup trop de temps à préparer. Trouver les meilleures activités qui puissent les intéresser. Mais ça ne marche pas à tous les coups.

[...]

À l’inverse de Jérémy. Lui jongle entre trois écoles en Seine-Saint-Denis, et trois niveaux différents : CP, CE1, CM1. Mais le jeune homme, passé par la finance, y arrive grâce, selon lui, à son expérience. Il est enseignant contractuel depuis janvier 2022. D’abord, Jérémy s’est vite rendu compte que les enfants sont les plus concentrés le matin. Il enseigne donc les fondamentaux : les mathématiques, le français avant la pause déjeuner. Puis l’histoire, les sciences, les arts plastiques, le sport l’après-midi. [...]

Extrait de francetvinfo.fr du 09.11.22

Répondre à cet article