> INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité… > Laïcité > Laïcité (Positions politiques et syndicales) > Ecole, religions, laïcité : - Un dossier des Cahiers de la recherche... (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Ecole, religions, laïcité : - Un dossier des Cahiers de la recherche... (Cres) (ToutEduc) - Deux notes des Renseignements territoriaux (Le Café)

26 septembre

Quelle place pour les religions en milieu scolaire ? (Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs)

"Les articulations possibles entre école, religion et laïcité sont très singulières en fonction du contexte international, national, ou encore local", écrivent Sébastien Urbanski, Gabriela Valente et Didier Boisson dans l’introduction du dossier des CRES (Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs) qui "s’intéresse, dans une perspective internationale, à la place des religions en milieu scolaire public".

Les auteurs se heurtent à une première difficulté : Qu’est-ce qu’une religion ? C’est en effet "un objet dont l’existence est déterminée par la définition qu’il donne de lui-même" et sa définition classique, qui fait référence au divin, à la transcendance, aux "questions ultimes", reste "tributaire du christianisme". La Déclaration universelle des droits de l’Homme présuppose "en son article 18, une conception individualiste de la religion, conformément au modèle chrétien", notamment protestant, "alors que d’autres courants sont plus attachés à l’orthopraxie, au sein de l’islam moderne ou du judaïsme par exemple".

Il en va de même pour la laïcité : "Par exemple, en milieu scolaire, telle enseignante subsumera des phénomènes d’affiliation identitaire sous la catégorie ’religion’, alors qu’une de ses collègues les considérera plutôt comme des marqueurs culturels, liés à un pays, un continent, ou une nation ; telle autre enseignante considèrera que jurer ’sur le Coran’ n’a rien à voir avec la religion (ce serait juste une façon de parler, tout comme ’mon Dieu ’), tandis que d’autres y verront une atteinte à la laïcité, etc."

En Europe, "l’école a pour mission de respecter la dimension privée des élèves et de leurs familles, leurs croyances, leurs valeurs et leurs intérêts", mais elle contribue aussi "à construire la dimension publique du citoyen" et à "entretenir un mécanisme d’identification à la communauté politique". Ces deux exigences ne sont-elles pas potentiellement contradictoires ? Et "dans quelle mesure ces missions de l’école peuvent-elles être considérées comme universelles, au sens de véritablement transnationales ?" Les mots “Religion”, “État” et “nation” n’ont pas le même sens aux États-Unis, au Mali, en Chine, en Égypte, en Russie, au Japon, au Bénin et au Pakistan. "La question du multiculturalisme ne se pose pas de la même façon en Bolivie et en Suisse, au Canada et en France – dans les États-nations et dans les États multinationaux, dans les pays où des peuples indigènes revendiquent leurs droits foulés aux pieds par l’État et dans les pays où le passé colonial se manifeste dans l’immigration qui lui succède (...). En Europe, une grande partie des discussions politiques et scientifiques au sujet de la laïcité (...) concerne la façon d’aborder ces principes, soit comme détachés de toute identité nationale, soit au contraire comme des expressions particulières de cette dernière, pour le meilleur ou pour le pire. Pour le meilleur, car ils seraient l’incarnation d’idéaux universalistes (droits de l’Homme, liberté, République) ; ou pour le pire, car ils comporteraient des éléments excluant les minorités culturelles d’hier et d’aujourd’hui (colonisation, indifférence). Dans ce chassé-croisé ambigu, des principes libéraux ou républicains sont devenus subitement attractifs pour certains penseurs conservateurs (...) qui perçoivent la ’laïcité’ ou la ’raison universelle’ comme l’émanation de ’nos’ valeurs face à des minorités culturelles et/ou religieuses."

Les divers articles de ce numéro des CRES explorent le sens des mots école, religion et laïcité dans divers contextes, notamment à Mayotte. Ils sont en libre accès ici

Extrait de touteduc.fr du 26.09.22

 

SOMMAIRE

École, religions, laïcité
Approches comparatives et interdisciplinaires

Sous la direction de Sébastien Urbanski, Gabriela Valente et Didier Boisson

Sébastien Urbanski, Gabriela Valente et Didier Boisson
Introduction. École, religions, laïcité : approches comparatives et interdisciplinaires [Texte intégral]

Nicole Durisch Gauthier
L’enseignement relatif aux religions en Suisse francophone et dans le canton de Vaud au prisme de la diversité religieuse et non religieuse [Texte intégral]

Eleni Kalesi
La représentation de la laïcité dans les manuels scolaires grecs depuis son adhésion à la Communauté européenne (1981-2018) [Texte intégral]

Gaïd Andro
Quelles postures professionnelles de neutralité en éducation morale et civique (emc) en France ? [Texte intégral]
Mise en tension du principe de non-discrimination face à la question religieuse
What professional postures of neutrality in moral and civic education (emc) in France ? Putting the principle of non-discrimination in the face of the religious question in tension

Charlène Ménard
Laïcité scolaire et justice locale en France métropolitaine : hybridation des conceptions de la laïcité dans les pratiques enseignantes [Texte intégral]

Hugo Bréant
La laïcité à Mayotte. Un cas d’école [Texte intégral]

Gabriela Valente
Le fonctionnement des établissements scolaires et le mythe de la “tolérance religieuse” au Brésil : approche ethnographique comparée [Texte intégral]

Hors thème

Ruggero Iori
Ni en haut, ni en bas : la sélection dans la formation d’assistant.e de service social [Texte intégral]

Chloé Pellegrini
Former des citoyens pieux, révérencieux, performants et compétitifs : un dilemme de l’enseignement public marocain [Texte intégral]

Marc Antoine Pérouse De Montclos et Camille Noûs
Unité nationale et inégalités régionales d’accès à l’éducation dans le nord du Nigeria : une source de conflits [Texte intégral]

 

Pap Ndiaye sous pression de la droite
Même ministère, même campagne. Quelques années après N Vallaud Belkacem, et peut-être pour la même raison, Pap Ndiaye est en but à une campagne de droite sur le thème de la laïcité. BFM signale deux notes des renseignements territoriaux mentionnant des invitations sur les réseaux sociaux à porter des habits religieux à l’école. Une des notes, qui parle de comptes anonymes, est plus floue. Il s’agit d’habits "ostensiblement religieux mais aussi les tenues et accessoires qui, au premier abord n’ont aucun caractère religieux mais le deviennent par la volonté de l’élève". Certains chefs d’établissement signalent bien une recrudescence des abayas, mais ce vêtement est aussi lié à la mode. Il n’y a aucune estimation réelle de la portée, religieuse ou pas, du phénomène. L’extrême droite s’est emparée du sujet, qu’il s’agisse de Zemmour qui appelle à surveiller les écoles ou de Barbara Lefebvre. La droite n’est pas en retard. Dans un tweet, Max Brisson, sénateur LR , présente les propos de P Ndiaye comme" soumis aux délires communautaristes des universités américaines" et contraires aux principes et aux valeurs de notre République". Le ministre assure être "attentif à toutes manifestations et signes qui portent atteinte à la laïcité à l’école" et annonce "des données plus précises" en octobre. Tout cela pourrait être sans importance. Mais en réalité cela pousse le ministre à prendre une posture qui se retrouve par exemple dans ses décisions contre les militants de Sud, autre adversaire de l’extrême droite.

Extrait de cafepedagogique.net du 26.09.22

Répondre à cet article