> POLITIQUE DE LA VILLE > QUARTIERS. Délinquance, Violences urbaines > Mayotte : fermeture des écoles suite à des violences dans l’île

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mayotte : fermeture des écoles suite à des violences dans l’île

15 septembre

Fermeture des écoles à Mayotte
Suite aux barrages et aux attaques sur les bus scolaires, les maires ont décidé de fermer les écoles à partir du 15 septembre et jusqu’à nouvel ordre. Les transports scolaires sont arrêtés. Ils en appellent à l’Etat pour rétablir l’ordre. " L’éducation à Mayotte, ce sont des classes bondées, des bâtiments qui accueillent beaucoup plus d’élèves que la réglementation le permet, tout comme les cantines scolaires. Beaucoup d’enfants à la rue et qui ne mangent pas à leur faim", rappelle la Fcpe. "Mayotte est un des territoires les plus pauvres de France, un territoire où les enfants, les adultes ne se sentent plus en sécurité. C’est à l’État de prendre la mesure de cette crise civile".

Dans le journal de Mayotte

Extrait de cafepedagogique.net du 15.09.22

 

Violences graves dans l’île : Mayotte ferme ses écoles

Hier mardi 13 septembre, les habitants du Nord de l’île de Mayotte se sont heurtés à des barrages "tenus par des jeunes qui caillassaient automobilistes particuliers et bus scolaires", rapporte "Le Journal de Mayotte". Réunis à la mairie de Mamoudzou "les élus de Mayotte, parlementaires, maires, conseillers départementaux, conseillère économique et sociale, collectif des citoyens, UDAF", ont décidé "de fermer toutes les écoles et les administrations, mairies, conseil départemental, CCAS, Caisse des écoles" à compter de demain, 15 septembre "et jusqu’à nouvel ordre". Les maires ferment les écoles primaires et le conseil départemental arrête les transports scolaires. Les élus "demandent aux parents de garder leurs enfants à la maison" (ici).

La FCPE estime que "cette décision collective, justifiée dans ce contexte de violence important par la mise en sécurité des enfants, est une décision qui aura des conséquences pour de nombreuses familles mahoraises" et elle rappelle que "l’éducation à Mayotte, ce sont des classes bondées, des bâtiments qui accueillent beaucoup plus d’élèves que la réglementation le permet, tout comme les cantines scolaires", tandis que "beaucoup d’enfants sont à la rue et "ne mangent pas à leur faim

Extrait de touteduc.fr du 14.09.22

Répondre à cet article