> POLITIQUE DE LA VILLE > QUARTIERS : Culture, Jeunes, Médias, Sport > Jeunes des quartiers (Généralités) > « Jeunes de quartier » : « Être un grand c’est être une référence, les jeunes (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

« Jeunes de quartier » : « Être un grand c’est être une référence, les jeunes choisissent les leurs »( The Conversation)

2 mai

« Jeunes de quartier » : « Être un grand c’est être une référence, les jeunes choisissent les leurs »
Auteur
Fanny Salane

Maîtresse de conférence, chercheuse en Science de l’éducation, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières

Banlieues, quartiers, cités. En France, ces mots ont trop souvent une connotation négative. Ce que l’État français nomme depuis 2018 les quartiers prioritaires de la politique de la ville regroupe 5,4 millions d’habitants dont 40 % ont moins de 25 ans. Mais qu’est-ce qu’être jeune dans un quartier populaire ? La recherche participative Pop-Part, conduite dans dix villes ou quartiers de l’Île-de-France, et portée notamment par l’Université Paris Nanterre, s’est associée à 120 jeunes pour se saisir du sujet.

Capture d’écran du court-métrage « Engrenages », réalisé dans le cadre de la recherche participative « Pop-part » (2021). Pop-part, Fourni par l’auteur
Dans les quartiers populaires, les notions de « petits » et de « grands » revêtent un sens particulier. La figure du grand est polysémique. Il est à la fois un modèle, un protecteur, un garant de l’histoire du quartier, mais aussi un supérieur auquel les petits doivent le respect voire l’obéissance. Dans le pire des cas le grand peut même jouer un rôle négatif et orienter les plus jeunes vers la violence ou la drogue. Entre petits et grands c’est le concept de transmission qui est central.

À 29 ans, Lassana Traoré est un grand. Il est éducateur dans sa ville de Corbeil-Essonnes. Mamadou Diallo quant à lui a 49 ans, il a pris conscience du changement de son statut dans sa vingtaine lorsqu’il a commencé à s’engager en créant une association à Nanterre, où il vit. En plus de leur engagement, Mamadou et Lassana partagent le fait d’avoir pris part au projet Pop-part encadré notamment par Fanny Salane, enseignante-chercheuse en sciences de l’éducation à l’université Paris-Nanterre.

Extrait de theconversation.com du 28.04.22

Répondre à cet article