> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Rythmes scolaires, Org. temps scol. (gr 5) > Rythmes scolaires (Positions politiques, syndicales et associatives) > Présidentielle. Claude Lelièvre analyse les propositions de Fabien Roussel (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Présidentielle. Claude Lelièvre analyse les propositions de Fabien Roussel sur le travail personnel de l’élève à l’école et en dehors

30 mars

Les élèves et leurs études : travailler plus et/ou autrement ?
Le candidat du PCF Fabien Roussel a proposé comme principale mesure pour l’Ecole l’allongement du temps passé en classe, étant entendu que les élèves quitteraient l’école tous devoirs faits. Une mesure qui serait effectivement plutôt bouleversifiante et qui appelle une mise en perspective historique pour être pleinement saisie. .

Deux mesures viennent en tête des 14 propositions faites pour l’Ecole : « 1) Augmentation du temps scolaire : 27 heures en primaire, 32 heures en collège et au lycée, avec la possibilité de passer à 36 heures pour les lycéens ayant des options. L’augmentation du temps scolaire doit se faire sans augmenter le temps de travail des enseignants, déjà surchargés : plus de maîtres que de classes en primaire ; temps de concertation et de travail en équipe inclus dans le service de l’ensemble des personnels . 2) En finir avec les devoirs ou les cours particuliers qui envahissent le temps libre et la vie familiale : tout le travail scolaire doit se faire en classe »

Sébastien Laborde (membre de l’équipe de campagne de Fabien Roussel pour les questions d’éducation) a précisé nettement « l’objectif » : « ramener l’école à l’école. En allongeant le temps scolaire pour tous les élèves, et en recrutant massivement des enseignants, nous aurons la possibilité de mettre fin aux devoirs à la maison et de faire revenir la responsabilité de la réussite de l’élève à l’école. Aujourd’hui beaucoup trop de choses reposent sur les familles dont beaucoup sont en difficulté » ( in « Le Petit Journal » -Tarn et Garonne- du 4 février 2022).

Et de fait, un simple coup de projecteur dans le passé permet de prendre conscience d’un paradoxe qui devrait nous interpeller : la « massification » du secondaire s’est accompagnée de la quasi-disparition des études dirigées. Celles-ci constituaient pourtant un dispositif essentiel de l’enseignement secondaire sous les IIIe et IVe Républiques.

Extrait de mediapart.fr/claude-lelievre du 29.03.22

Répondre à cet article