> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : LANGUE(S) et LETTRES, (doc. généraux) > Langue orale, Eloquence, Improvisation > Lire un texte à haute voix aide-t-il à le comprendre ? (The Conversation)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Lire un texte à haute voix aide-t-il à le comprendre ? (The Conversation)

14 mars

Lire un texte à haute voix aide-t-il à le comprendre ?
Auteur
Erika Godde
Ingénieure recherche en expérimentation en éducation, Université Grenoble Alpes (UGA)

La lecture à haute voix est largement pratiquée dans les salles de classe et les familles pendant les premières années d’apprentissage de la lecture (CP et CE1). Elle permet aux adultes d’évaluer les progrès des enfants dans cet apprentissage. Malheureusement, quand la lecture des enfants devient fluide, avec la maitrise du décodage, cette pratique cède le plus souvent la place à la lecture individuelle et silencieuse.

Pourtant, des initiatives comme les « Petits champions de la lecture » demandent à des élèves plus âgés, de CM1 ou CM2, d’apprendre à lire des textes pour un public. S’agit-il seulement d’une performance théâtrale ou ce type d’exercice a-t-il un intérêt pour aider les élèves à améliorer leurs compétences en lecture ? Comment ces petits champions s’y prennent-ils pour travailler ces lectures ?

La musique de la lecture à voix haute
Un bon lecteur qui lit à voix haute semble raconter une histoire. Il lit comme il parle. On peut entendre des pauses, des variations de rythme, de mélodie et d’intensité qui vont donner vie au discours et permettre à celui qui écoute de le comprendre. Cette musique du langage, c’est ce qu’on appelle la prosodie.

[...] La lecture théâtralisée

Le but de la lecture théâtralisée est de préparer une lecture pour la présenter à un public. Les enfants vont alors travailler leur voix, leur mise en scène et répéter pour présenter leur lecture à quelqu’un d’autre. Le but n’est plus de lire mais de lire pour quelqu’un, de faire un spectacle.

Pour cela, les petits champions de la lecture cités plus haut sont amenés à travailler sur la compréhension du texte, réfléchir à l’intention à faire passer, annoter, essayer différentes interprétations, débattre de la plus adaptée et répéter pour s’entraîner. La lecture théâtralisée est très utilisée dans les pays anglo-saxons et à montrer des bénéfices importants à tous les âges (du CP à l’université) particulièrement avec les lecteurs en difficulté.

Pour conclure, ces quelques activités permettent de s’entraîner à lire à haute voix et donc d’améliorer la qualité de la lecture et la compréhension en lecture. Mais elles présentent également un autre avantage non négligeable. Elles ramènent du plaisir dans la lecture pour que celle-ci ne reste pas uniquement un exercice scolaire mais redevienne une activité agréable qu’on la partage avec un parent, un public ou juste pour s’amuser tout seul à créer des voix de personnages. Ce plaisir de la lecture est certainement le meilleur moteur du progrès !

Extrait de theconversation.com du 21.01.22

 

Voir :
la sous-rubrique Langue orale, Eloquence, Improvisation
le mot-clé Langue orale (gr 4)/

Répondre à cet article