> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales A L’ECOLE > Ecole (Citoyenneté : Emc, Edd, Coopération, Philo.) > B* Focale sur la planète - Episodes 1 et 2 : les élèves de CM2 de l’école REP (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Focale sur la planète - Episodes 1 et 2 : les élèves de CM2 de l’école REP Christiane Coulon de Montfermeil, ambassadeurs des Odd de l’Onu, enquêtent sur leur territoire et sur l’espace

21 février

Focale sur la planète - Episodes 1 et 2 : Pour comprendre leur territoire, les élèves de CM2 de l’école [REP] Christiane Coulon de Montfermeil mènent l’enquête

Focale sur la planète - Episode 1

Pour comprendre leur territoire, les élèves de CM2 de l’école Christiane Coulon de Montfermeil mènent l’enquête.
Depuis maintenant un an et demi, les élèves de Mme Blanc (professeur des écoles et maître formatrice) de l’école Christiane Coulon de Montfermeil travaillent sur les 17 Objectifs de Développement Durable de l’ONU (ODD) ; depuis un an et demi, ils sont les ambassadeurs des ODD dans leur école et sur leur territoire, désireux de les atteindre pour un monde de demain meilleur.
Leur motivation et leur enthousiasme ne faiblissent pas car ils se sont chargés d’une mission essentielle : partager leur démarche au plus grand nombre afin que d’autres élèves prennent le relais et deviennent à leur tour ambassadeurs des ODD.

- 2020-2021 : 17 problématiques ODD en lien avec le quartier, la ville et le territoire

C’est par un travail de compréhension et de connaissance des ODD que l’enseignante a commencé le projet, pour que les élèves comprennent ce qui se joue sous leurs yeux, sous la forme de mini-projets avec cinq missions à accomplir et un journal de bord à remplir chaque jour comme des journalistes.

Le point de départ, l’élément déclencheur si l’on peut l’appeler ainsi, du travail des élèves en 2020-2021 a été un événement marquant pour la population de Montfermeil : la destruction de la dernière barre, la « B5 », de la Cité des Bosquets.
Cette barre emblématique du quartier des Bosquets autour et dans lequel vivent les élèves a été détruite en septembre 2020. En en discutant avec leur enseignante, les élèves se sont interrogés sur la signification d’un tel événement pour leur quartier. En découvrant l’histoire de leur environnement proche et son évolution jusqu’à aujourd’hui, ils ont été amenés à se demander quelles solutions ils pourraient proposer pour améliorer la vie dans leur quartier. C’est alors que les objectifs de développement durable sont apparus dans les recherches et les questions des enfants. Les ODD se sont imposés comme un moyen d’établir un mode de vie plus durable et plus solidaire dans leur quartier.
Se poser des questions, émettre des hypothèses, chercher, enquêter, vérifier les sources avec des invités experts, sur la toile ou dans les journaux : c’est là la démarche scientifique que vont adopter nos apprentis enquêteurs pendant deux ans ; car aiguiser leur curiosité et leur esprit critique, telle est l’ambition de cet immense projet.

Désireux d’agir pour et sur leur environnement proche, les élèves se sont interrogés en élargissant les problématiques de leur quartier à leur ville puis à leur département.

Les 17 ODD des élèves pour Montfermeil (PDF)

Pour comprendre les enjeux de leur territoire, les élèves ont mené l’enquête comme des « pros », carnet de note et caméra au poing. Ils ont recueilli des témoignages d’habitants du quartier sous forme d’interviews, de personnes expertes telles que des agents de différents services de la mairie, le maire ou encore le responsable des Ateliers Médicis.

Une fois leur enquête achevée, les élèves, investis du rôle d’éco-ambassadeurs des 17 ODD, ont souhaité en dégager un éco-message et le diffuser de manière simple, directe et efficace sous la forme de 17 posters (un par ODD), en lien avec les problématiques de leur territoire.
Pour réaliser chacun des 17 posters, les élèves ont défini une problématique, des faits et des chiffres, et proposé des cibles, une photographie et un slogan. Pour chaque poster, ils ont pu interroger un expert afin de donner un caractère scientifique à leur recherche.

Le résultat : 17 propositions pour leur territoire en lien avec les ODD et l’agenda 2030 (agenda adopté le 25 septembre 2015 par les chefs d’État et de Gouvernement réunis lors du Sommet spécial sur le développement durable).

9 posters sur 17
ODD 2
ODD 3
ODD4
ODD 9
ODD 10
ODD 11
ODD 14
ODD 16
ODD 17

En tant qu’éco-ambassadeurs des ODD, les élèves et leur enseignante ont également eu à cœur de créer un outil permettant de faire comprendre et de diffuser leur démarche scientifique afin que d’autres classes, quelle que soit leur localisation sur la planète, puissent un jour s’en emparer en l’adaptant à leurs problématiques.
C’est ainsi que le webdocumentaire Focale sur la planète a vu le jour : un documentaire créé pour être interactif en associant texte, photos, vidéos, sons, animations et qui permet au spectateur d’être en immersion dans le récit. Les élèves ont également réalisé une chanson avec l’artiste Brice Kapel. Cette chanson, sorte d’hymne des ODD dont le titre a été choisi par les élèves, a pour objectif de faire connaître au monde entier les 17 objectifs de développement durable grâce à une approche musicale plus facile d’accès pour tous.

Le webdoc de l’année 2020-2021 "Focale sur la planète"
Hymne "Pour les ODD"
avec Brice Kapel, ancien habitant de la Cité des Bosquets

Pour l’enseignante, ce projet, centré sur l’éducation au développement durable, s’est révélé être une manière originale et constructive de travailler toutes les disciplines scolaires, telles que la maîtrise de la langue (production de plusieurs écrits, littérature) ou l’éducation artistique et culturelle, les sciences, la géographie et l’histoire, et d’aborder ainsi toutes les compétences du socle commun. La littératie visuelle (à savoir la prise et le décryptage d’images) est également un domaine que les élèves ont particulièrement travaillé, des notions indispensables dans un monde où l’image est omniprésente ; apprendre à analyser les images pour comprendre leur message était donc un outil incontournable pour nos apprentis enquêteurs journalistes.
« Le projet, ça nous fait faire plein de matières en s’amusant », car effectivement, en croisant différents supports (interviews, posters, carnets de voyage), les élèves ont appris à communiquer et à s’exprimer en fonction d’un public cible avec des mots justes et appropriés, mais également en ayant recours à des formes d’expression qu’ils ne maîtrisaient pas encore, comme la photographie. Dans leur projet, chaque média a été réfléchi pour atteindre un public bien précis et transmettre ainsi le message de chaque ODD...

Mais les élèves n’en sont pas restés là à la fin de leur année de CM1. Désireux de connaître encore mieux les ODD et de les faire rayonner, ils ont décidé d’emprunter le chemin de l’espace et des étoiles pour les mettre en avant...

► "Pour la planète, les élèves de CM2 de l’école C. Coulon touchent les étoiles"
La suite la semaine prochaine ...

Pour une vue d’ensemble du projet des élèves et de leur enseignante (2020-2022)

Extrait de dsden93.ac-creteil.fr du 08.02.22

 

Focale sur la planète - Episode 2 : Pour la planète, les élèves de CM2 de l’école Christiane Coulon de Montfermeil touchent les étoiles

2021-2022 - Mission AstrODD : les ODD en lien avec l’espace et avec la Terre

Maintenant qu’ils connaissent les 17 objectifs de développement durable fixés par l’ONU dans l’agenda 2030 et qu’ils y sont sensibilisés, les élèves souhaitent en devenir les éco-ambassadeurs (citoyens ambassadeurs du développement durable et des ODD plus particulièrement) et faire connaître leurs propositions pour mieux vivre ensemble dans le monde de demain.

Le travail engagé autour des ODD en CM1 se poursuit donc durant leur année de CM2. Si l’objectif est le même – toujours mieux connaître les ODD pour mieux les atteindre et les faire respecter et, ainsi, améliorer le monde de demain – la problématique a quant à elle évolué ; elle a, pour ainsi dire, changer d’échelle. Ce n’est plus sur leur territoire que s’interrogent les élèves en 2021-2022 mais sur l’espace et sur la planète Terre : « L’espace, qu’est-ce qu’il s’y passe réellement ? A quoi ça sert pour la Terre de s’y intéresser ? ».

- Les ODD : tout un programme spatial

Mission AstrODD (PDF)

Pour commencer cette seconde étape, il a été nécessaire de définir des problématiques à l’échelle de la planète en lien avec les ODD. Ceux-ci sont interconnectés. Donc, pour leur donner un sens, l’enseignante les a insérés dans une narration scientifique sous forme de programme spatial :

• L’épisode 1, intitulé « Perdu dans l’espace », représente la situation initiale  : il introduit le décor, les lieux et les personnages et expose la mission, la quête de nos 23 astronautes en herbe : « 23 éco-ambassadeurs partent en voyage dans l’espace avec leur enseignante, mais tout ne se passe pas comme prévu » ; puis arrive un élément perturbateur : « Et s’ils se perdaient dans l’espace, comment survivre ? » Ils vont donc devoir enquêter sur la prise en compte des ODD dans l’exploration spatiale.

• Les épisodes 2, 3, 4 et 5 racontent les quatre péripéties qui leur permettent d’aborder une question scientifique en lien avec trois ODD et de rencontrer trois invités qui vont apporter aux élèves leurs savoirs et leur expertise afin d’éviter de répandre de fausses informations et des fake news.

• Une situation finale (épisode 6) résulte de la résolution de la perturbation : les élèves sont bien arrivés sur la Lune et ont bien abordé les 17 ODD. Un choix se présente à eux : Retourner sur la Terre et transmettre les résultats de leurs découvertes en espérant qu’ils seront entendus pour construire un monde plus durable ? Ou continuer leur périple vers Mars et poursuivre l’exploration spatiale et la découverte des ODD ?

La narration contient six épisodes, chacun interrogeant trois ODD. A chaque épisode, les élèves cherchent une problématique en lien avec les ODD ciblés.
Chaque épisode correspond donc à une question scientifique et à un rendez-vous avec trois experts. C’est une nouvelle manière de mettre les élèves en situation de questionnement et de réflexion et ceux-ci s’en rendent bien compte : « Le projet Focale sur la planète est incroyable car il m’apprend à travailler différemment, à rencontrer des personnes expertes qui nous donnent plus d’informations fiables sur notre sujet. »

- De nombreux invités experts

Si les élèves ressortent de chaque rencontre plus informés et plus érudits pour répondre à l’agenda 2030, il n’est pas question de conserver ce savoir pour eux seuls. Nos 23 éco-ambassadeurs gardent pour objectif de relayer l’information au monde entier et, pour cela, ils reprennent ce qu’ils ont appris pour en dégager à nouveau un éco-message diffusé sous forme d’affiche.

• Les experts, trouvés et contactés par l’enseignante, sont toujours des scientifiques unanimement reconnus en France et à l’étranger et la classe est en contact permanent avec l’Agence spatiale européenne (ESA), le Centre national d’études spatiales (CNES) et avec Cécile Lestienne, rédactrice en chef de la revue Pour la science.

• La rencontre avec un invité-expert demande un important travail de préparation : après s’être interrogés sur les problématiques liées aux ODD qui seront traitées par l’expert, les élèves font des recherches sur ce dernier et préparent à son intention quatre ou cinq questions. Ces questions sont ensuite transmises à l’invité qui peut préparer son intervention en l’adaptant au jeune public qu’il aura face à lui.
Quand le jour de l’interview est enfin arrivé, comme dans un vaisseau spatial, chacun est à son poste et sait ce qu’il a à faire : le caméraman est en charge de la captation vidéo, le clapper du signal de départ de chaque question, les photographes des photos de l’interview, le « responsable juridique » de la vérification des autorisations de captation.
Les questions, quant à elles, sont préparées et posées par les groupes d’interviewers qui se succèdent à des jours différents.

• Nos petits enquêteurs ont déjà reçu la visite de : Christophe Lasseur, responsable du programme MELISSA à l’ESA (MELISSA : Micro Ecological Life Support System Alternativ) qui étudie des moyens pour recycler les différents types d’eau dans l’espace et si c’est possible sur la Terre ; Christine Chapel, journaliste scientifique ; Julie Deshayes, océanographe à l’IPSL et au CNRS ; Jacques Arnoult, du CNES, expert éthique de l’espace ; Christophe Bonnal, du CNES, expert en débris spatiaux. Et des entretiens en visio sont bientôt prévus avec Elisa Cliquet-Moreno, spécialiste des systèmes de propulsion au CNES, Aline Decadi, ingénieure experte de Mars et Claudie Haigneré, astronaute à l’ESA et sensible à la question de l’égalité entre les sexes.
Chaque visite apporte son lot de découvertes et de surprises pour le plus grand plaisir des élèves. Avec C. Bonnal, ils ont pu toucher un morceau de panneau solaire du télescope Hubble qui vient de l’espace, un débris du vaisseau spatial Soyouz ou encore de l’aérogel, l’élément le plus léger du monde. Avec C. Chapel, ils ont eu le privilège de prendre dans leurs mains un morceau de lune. Auront-ils un jour la chance d’enfiler une combinaison d’astronaute … ?
Tout en avançant dans les épisodes et dans l’histoire, les élèves, jour après jour, tiennent une sorte de journal de bord pour raconter leur expérience dans l’espace : c’est leur carnet de voyage, toujours signé par les invités en fin d’interview, « un souvenir » de leur aventure.

- Une mission : transmettre

• Après une interview, le travail de nos astronautes est loin d’être terminé. Après avoir complété leur carnet de voyage, les élèves doivent s’attaquer à la rédaction de leur éco-message et à la réalisation de leur web-documentaire et de leurs posters afin de transmettre au monde ce qu’ils ont appris.

• Après l’interview, des élèves sont en charge d’avancer la conception du webdoc, tandis que d’autres travaillent sur le message des éco-ambassadeurs.
Par petits ateliers tournants, chacun s’attelle à une tâche. Les élèves sont alors en totale autonomie et l’enseignante n’intervient presque plus au cours de cette étape. Là encore, le projet montre toute sa dimension transdisciplinaire : les élèves travaillent les sciences mais aussi la production d’écrit, les arts plastiques ou encore les TICE : « je pense que [ce projet] est bien car j’ai appris plein de choses comme à dessiner, à prendre des notes […] », « En deux ans, j’ai appris des choses géniales et impressionnantes ». Ils apprennent également à mener un projet en commun sur une longue durée, à exprimer leurs idées et à accepter celles des autres, à débattre … et à mieux se connaître : « [ … ] même si je connais déjà mes camarades, j’apprends à connaître d’autres choses sur eux ». C’est donc aussi l’apprentissage de la citoyenneté et de l’amitié qui est à l’œuvre dans leur classe grâce à ce projet. Rien de mieux pour se préparer à la 6e et à l’entrée au collège...

Le webdoc de l’année 2021-2022 "Mission AstrODD"

- De futurs citoyens éclairés

L’aventure n’est pas encore terminée pour nos apprentis astronautes et l’élan suscité par le projet AstrODD est toujours aussi vif après plusieurs mois : « C’est génial de lier les ODD à l’espace ».
Si les élèves ne voient pas forcément les conséquences à long terme de ce projet colossal, transmédias et pluridisciplinaire, elles sont cependant bien évidentes : plus d’une et d’un souhaite devenir « scientifique » ou travailler dans le domaine de l’espace. D’autres sont davantage touchés par la défense de valeurs communes, telles que la lutte contre les inégalités sociales, l’égalité des sexes ou la défense des droits des femmes et le droit pour tous d’entrer dans une carrière scientifique. Tout en les transformant en citoyens éclairés pour la planète, cette aventure leur apprend aussi à rêver et à dépasser les barrières économiques et sociales. Ce projet de grande ampleur, qui touche toutes les dimensions du programme et prépare en profondeur les élèves à leur entrée au collège, répond aussi à certains défis tels que la grande difficulté scolaire ou la lutte contre les stéréotypes qui entourent encore trop souvent les formations scientifiques.

Découvrir l’épisode 1 (année 2020-2021)

Lien vers le webdoc dans sa totalité (2020-2022)

Extrait de dsden93.ac-creteil.fr du 14.02.22

Répondre à cet article