> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales INTERDEGRES > Interdegrés (Français et Langues) > B* "La captation vidéo en cycle 3 pour développer des compétences de l’oral " (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* "La captation vidéo en cycle 3 pour développer des compétences de l’oral " dans le REP de Stenay (55)

17 janvier

"La captation vidéo pour développer des compétences de l’oral "

Quoi ?

Les classes de 6ème, une classe de CM1 et une classe de CM2 se sont engagées dans le concours "faites de l’oral" à destination des élèves de cycle 3 des réseaux d’éducation prioritaire afin de développer les compétences langagières et d’oralité des élèves. Le contexte sanitaire nous a contraint à adapter les conditions de passations des épreuves. Nous avons eu recours à la captation vidéo qui s’est révélée un véritable levier pour développer ces compétences. En effet, cet outil a incité les élèves à s’auto-évaluer et être davantage acteurs de leurs apprentissages.

Présentation du concours

QUI ?

1 membre(s) dans l’équipe

Des classes de CM1, CM2 et 6ème du secteur ont développées des compétences communes autour de ce projet, support de la liaison école-collège.

- Les participants

• 117 élève(s)
• 8 enseignant(s)
• 4 autre(s) participant(s)

Où ?

ALBERT TOUSSAINT, Nancy-Metz (012)

Ecole élémentaire, Collège - CM1, CM2, 6ème

Le REP de Stenay, situé en zone rurale, est composé d’un collège intégré à une cité scolaire et de deux écoles, élémentaire et maternelle. Il a la particularité d’intégrer un des trois TER du nord meusien ce qui nous amènera à étendre cette action aux autres écoles du bassin.

Suite aux différentes analyses des évaluations nationales, nous avons proposé le travail autour du lexique et de l’oral comme une priorité de notre réseau.

Les actions se sont déroulées au sein du REP de Stenay : dans les 3 classes de 6ème du collège Alfred Kastler et dans deux classes, CM1 et CM2, de l’école Albert Toussaint de Stenay.

• 1 académie(s)
• 1 établissement(s)
• 5 classe(s)

POURQUOI ?

- Problème identifié

Le travail autour de l’oral et de l’enrichissement du lexique est défini comme une des priorités de notre réseau et du TER.

D’une part pour répondre aux besoins de préparation aux nouvelles épreuves du DNB et du grand oral du bac. D’autre part pour accompagner les élèves et les faire progresser sur les compétences évaluées lors des tests de positionnement de l’entrée en 6ème et de l’entrée en seconde.

L’oral est peu pratiqué (collège école) lors de créneaux horaires définis et spécifiques malgré l’importance qu’il prend dans les examens des élèves. Ce travail a été ciblé pour remédier à la pauvreté du bagage lexical de nos élèves qui occasionne des difficultés à s’exprimer à l’oral devant le groupe classe. Il permet par ailleurs d’améliorer la posture, la diction et la gestuelle afin de renforcer leur discours et leurs arguments ainsi que leur confiance en eux.

- Indicateur(s) qualitatif(s)

Les enseignants déplorent une faible participation à l’oral et des difficultés à s’exprimer devant le groupe classe. Ces difficultés engendrent des problèmes dans la communication entre élèves et avec les adultes. Conjugué à un déficit lexical, cela représente un frein à leur capacité à argumenter.

QUAND ?

Du 01/09/2020 Au 30/06/2021

COMMENT ?

Pour le concours le montage était interdit, chaque épreuve était réalisée en intégralité en direct, filmée sans coupure. Cependant, nous pouvions faire autant de prises que nécessaire. A chacune d’entre elle, le groupe d’élèves visionnait sa prestation pour en faire une analyse critique. A chaque point à améliorer, une nouvelle prise de vue était faite et donnait lieu à une nouvelle analyse (travail autour de l’articulation, du positionnement, du niveau de voix, du regard, du maintien de tête, etc...).

Les élèves ont du endosser plusieurs rôles : acteur, observateur, critique ce qui a contribué à la bienveillance et la pertinence des observations.

Les élèves ont montré une grande perspicacité dans les défauts qui étaient mis en avant par cette autocritique. L’enjeu du concours les a motivés et la modalité de travail les a rassurés. La captation vidéo a permis de développer des compétences d’analyse et donc d’auto-analyse.

- Modalités de mise en œuvre

• Chaque classe doit présenter toutes les épreuves, chaque épreuve est donc présentée par un groupe de travail de 4 à 7 élèves.
• Une fois le travail de rédaction terminé, la prestation du groupe est filmée par un adulte en respectant les contraintes du concours.
• Un temps d’échange est laissé aux élèves pour exposer leurs observations. L’adulte encadre les débats sans les diriger, les arguments avancés doivent permettre de passer du ressenti vers des critères objectifs d’évaluation.
• Le plan fixe imposé par le concours a permis de se focaliser sur les performances des élèves, sans distractions liées au montage ou aux effets de tournage.

QUEL BILAN ?

- Modalités d’évaluation

• Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique

◦ Auto-évaluation par les élèves grâce à une grille d’analyse co-construite par les élèves.
◦ Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique qui encadre le projet.
◦ En vue d’améliorer cette auto-évaluation il est prévu de conserver la première prise afin de pouvoir la comparer à la prise validée finalement par le groupe.

• Autre évaluation (par des associations, des consultants...)

◦ Comme cette action s’est déroulée pendant un concours, une partie de l’évaluation a résidé dans les décisions du jury et les qualifications des groupes pour les finales.
◦ L’équipe enseignante a apprécié les progrès réalisés et a prolongé cette modalité en dehors du cadre du concours. Certains collègues utilisent ce moyen pour faire progresser leurs élèves, lors d’exposés ou d’autres temps d’oral (poésie, lecture ou activité théâtrale).
◦ Une amélioration des compétences liées à l’oral a été observée mais également un meilleur climat de classe. Les élèves se sont fédérés autour de cette activité dans le but de remporter le concours, l’esprit de compétition les a rapprochés pour travailler ensemble à s’améliorer.

grilles fdo

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• Les enseignants ont observé une meilleure participation à l’oral, l’exposé des arguments des élèves est plus clairs, la voix est plus audible et la posture renforce l’intelligibilité du message.
• Ce travail permet l’amélioration des échanges entre les élèves et du climat scolaire.
• Le travail de préparation des épreuves a incité les élèves à utiliser un lexique plus varié et à élever leur niveau de langage.

ET APRÈS ?

Elèves et professeurs ont tiré satisfaction de ce travail sur le plan personnel comme sur le plan des compétences scolaires. Les collègues proposent d’étendre ce travail à d’autres matières afin d’avoir une portée pluridisciplinaire et transversale. Il est envisagé de proposer aux autres écoles du secteur de collège de tester cette manière de travailler, sans nécessairement passer par le concours, ou en l’organisant à l’échelle locale.

- Développement et suite de l’action

• Le travail autour de l’oral fait partie des priorités pour le collège et les écoles de secteur, la captation vidéo comme outil d’analyse est à réinvestir dans différents moments d’apprentissage, lors des oraux blancs ou des exposés par exemple. Une proposition va être faite au lycée pour accompagner les élèves dans la préparation de leur grand oral.
• En s’appuyant sur les projets d’écoles et d’établissement, il s’agira de créer une dynamique de travail inter-degré autour de l’oral.
• Il conviendra également de concrétiser ce travail en pérennisant cet apprentissage au long du parcours de l’élève (de l’élémentaire au DNB)
• Dans ce cadre, il faudra analyser les résultats aux oraux du DNB sur la partie orale de l’évaluation.
• Nous envisageons de généraliser ce mode de fonctionnement à l’échelle des trois TER (dynamique territoriale commune).

Extrait de Innovathèque du 13.01.22

Répondre à cet article