> POLITIQUE DE LA VILLE > QUARTIERS : Culture, Jeunes, Médias, Sport > Jeunes des quartiers (Généralités) > Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ? (précarité, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ? (précarité, massification scolaire...) (Eduveille, Ifé)

12 janvier

Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ?

La notion de « jeunesse » est une construction récente. Si l’on considère les différents âges de la vie, la conception à l’œuvre depuis la fin du 19e siècle repose sur un cycle de vie tripartite, décomposé de la façon suivante :

L’enfance, caractérisée par l’obligation scolaire ;
L’âge adulte, initié avec l’entrée sur le marché du travail ;
La vieillesse, correspondant à la sortie du marché du travail.

Avec la complexification des modes de vie et un brouillage des transitions à divers niveaux (allongement de la durée des études, allers-retours au domicile des parents, retours en formation après une expérience professionnelle, etc.), l’âge de la « jeunesse » a émergé, dès les années 1970, pour désigner une période intermédiaire, fondée sur l’expérimentation de soi et des autres, à travers de nouveaux modes de vie.

Dès lors se pose la question du soutien à apporter à celles et ceux qui abordent cette transition, car les fragilités qu’elle induit ne relèvent pas de la seule responsabilité des familles, ni ne dépendent du seul marché de l’emploi. Comment les politiques publiques s’emparent-elles de ce nouvel âge ? Comment accompagnent-elles le passage vers l’âge adulte des nouvelles générations ? C’est la question qui fonde l’ouvrage collectif publié dernièrement, sous la direction de Tom Chevalier et Patricia Loncle, Une jeunesse sacrifiée ?, PUF, collection La vie des idées, 2021.

Des jeunes plus exposés à la précarité aujourd’hui qu’hier
[...] À l’image de la société dans son ensemble, la jeunesse est en effet traversée par de multiples lignes de clivage, qu’elles relèvent de l’origine sociale ou bien du genre, qu’elles soient imputables au territoire dans lequel les jeunes grandissent ou bien à leur appartenance ethnique.

Une massification scolaire qui accentue les inégalités intragénérationnelles [...]

Extrait de eduveille.hypotheses.org du 03.01.22

Répondre à cet article