> 4 - Actes et Productions de l’OZP > TOUT SAVOIR SUR LES ZEP. Une série de fiches OZP (2004-2012) > La Mission générale d’insertion (MGI)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La Mission générale d’insertion (MGI)

2006, par Lucienne Siuda Version imprimable de cet article Version imprimable

Des fiches pour tout savoir sur l’éducation prioritaire

La mission générale d’insertion

La MGI (mission générale d’insertion) a pour objectif de réduire le nombre de sorties sans qualification du système éducatif, d’accompagner, quel que soit son niveau, chaque jeune exclu du système scolaire dans un parcours d’insertion sociale et professionnelle durable.

La MGI est une mission à part entière du système éducatif : elle s’inscrit dans le cadre de la loi du 10 juillet 1989 (qui affirme le droit de chaque jeune à une éducation qui lui permette de s’insérer dans la vie sociale et professionnelle) et de 1993 (qui institue le droit à une formation professionnelle des jeunes avant leur sortie du système éducatif).
Elle est financée par des crédits ministériels et européens. Dans le cadre de la loi Sapin, un CAPES (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire) a été créé pour la coordination pédagogique et la formation.
La MGI a pour objectifs d’aider tous les jeunes à se préparer à leur vie socio-professionnelle en favorisant leur compréhension des situations rencontrées, de faciliter leur accès à la formation professionnelle et à la qualification, de les accompagner dans leurs recherches de solutions de formation et d’insertion sociale et professionnelle.
Elle s’adresse à l’ensemble des élèves, diplômés ou non, qui suivent une formation de l’enseignement secondaire (général, technologique ou professionnel) ou supérieur.
Dans ce cadre, des mesures spécifiques demeurent nécessaires pour les jeunes de plus de seize ans sortis aux niveaux VI et VI bis, aux élèves décrocheurs, aux exclus du système scolaire pour cause d’absentéisme, ou à la suite d’un conseil de discipline.

Il s’agit essentiellement d’un fonctionnement en réseau.
Dans ce cadre, les établissements scolaires repèrent, accueillent et forment les élèves concernés par l’acquisition d’une qualification, en s’appuyant sur des dispositifs de prévention et de formation et sur l’ensemble des acteurs du système éducatif.

Dans un premier temps, il est nécessaire de repérer les publics. Plusieurs dispositifs sont ensuite proposés :
- des mesures d’insertion par l’alternance, avec des stages d’accueil et de remotivation (l’accueil de rentrée en lycée professionnel - ou en lycée d’enseignement général - , l’information sur l’orientation, la recherche de contrat d’apprentissage, entrent dans ce dispositif) ;
- des voies de qualification selon des modalités adaptées ;
- des actions d’accompagnement vers l’emploi. Il peut, par exemple, s’agir de préparations à des concours ou des sessions d’aide à la recherche d’emploi.

Toutes ces actions sont menées en partenariat entre l’ensemble des acteurs du système éducatif, l’ANPE (Agence nationale pour l’emploi), les entreprises. Elles sont élaborées à partir du terrain. La démarche éducative est globale. Il n’y a pas de programme dans la mesure où les besoins sont différents selon les élèves et les objectifs visés. L’innovation pédagogique est donc la règle.

Toutefois, le dispositif a ses limites : d’une part, il existe encore des sorties du système scolaire sans qualification, aux niveaux VI et VI bis et d’autre part, il a été relevé qu’un pourcentage non négligeable de jeunes (61 % en 2002) retournaient dans le dispositif MGI.

Documents

- Mission générale d’insertion de l’Education nationale. Direction générale de l’Enseignement scolaire. Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
- Guillaume, François-Régis. Compte rendu de la réunion publique L’insertion professionnelle des jeunes de ZEP, 12 janvier 2005. Observatoire des zones prioritaires.
- Réseau de la mission générale d’insertion de l’Education nationaleacadémie de Créteil.

 

Retour au sommaire des Fiches

 

Répondre à cet article