> MATERNELLE, LYCEE, Enseign. PROFESSIONNEL, SUPERIEUR-RECHERCHE > Supérieur-Recherche, Etudiants, Ouverture sociale et Cordées > Enseign. supérieur (Général.) et condition étudiante > L’état de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’état de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en France (Eesri, édition 2021). Les inégalités sociales se réduisent mais restent très marquées

23 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

L’état de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en France (n°14 - Avril 2021)

L’édition 2021 de l’Etat de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (E.E.S.R.I.) vient de paraître. Point de repère annuel et chiffré du système français d’enseignement supérieur et de recherche, cet ouvrage présente, au moyen de graphiques, tableaux illustratifs et commentaires, les dernières données de synthèse disponibles sur l’ensemble de ces domaines. Cet outil témoigne de la volonté de transparence du ministère sur les données de l’action publique.

L’état de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation présente une vision synthétique, chiffrée et rigoureuse du paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche en France.

Les 53 thématiques de l’édition 2021
Sommaire de la 14e édition de l’Etat de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

- préface
- l’état de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation - résumé

Enseignement supérieur
01 - la dépense d’éducation pour l’enseignement supérieur
02 - la dépense pour l’enseignement supérieur dans les pays de l’OCDE
03 - l’aide sociale aux étudiants
04 - les personnels enseignants de l’enseignement supérieur public sous tutelle du MESRI
05 - les personnels non-enseignants de l’enseignement supérieur public sous tutelle du MESRI
06 - les salaires des personnels des universités et des EPST
07 - qualification et recrutement des enseignants-chercheurs
08 - les nouveaux bacheliers et leur entrée dans les filières de l’enseignement supérieur
09 - l’orientation des nouveaux bacheliers sur Parcoursup, les vœux et les propositions d’admission
10 - les étudiants dans les filières de formation depuis 50 ans
11 - l’accès à l’enseignement supérieur
12 - les étudiants en formation dans l’enseignement supérieur
13 - la parité dans l’enseignement supérieur
14 - les étudiants en situation de handicap dans l’enseignement supérieur
15 - la mobilité étudiante Erasmus + dans l’enseignement supérieur
16 - les étudiants en mobilité internationale dans l’enseignement supérieur
17 - les bibliothèques universitaires
18 - la situation financière des étudiants
19 - les conditions de vie des étudiants durant le confinement du printemps 2020
20 - l’apprentissage dans l’enseignement supérieur
21 - les parcours et la réussite en STS, IUT et PACES
22 - les parcours et la réussite en Licence, Licence professionnelle et Master à l’université
23 - le niveau d’études de la population et des jeunes
24 - le niveau d’études selon le milieu social
25 - l’insertion professionnelle des diplômés de l’université (DUT, Licence professionnelle, Master)
26 - l’insertion professionnelle pour les apprentis de l’enseignement supérieur
27 - les reprises d’études en début de vie active
28 - la formation continue dans l’enseignement supérieur
29 - la validation des acquis de l’expérience dans l’enseignement supérieur

Recherche & Innovation
30 - la position scientifique de la France dans le monde à travers ses publications
31 - la France dans l’espace européen de la recherche via sa participation à Horizon 2020
32 - le profil scientifique de la France à travers ses publications
33 - la position technologique de la France
34 - les entreprises innovantes en France
35 - les jeunes entreprises innovantes
36 - les moyens humains de la recherche et développement
37 - la parité dans la recherche
38 - les chercheurs en entreprises
39 - le doctorat et les docteurs
40 - le devenir des docteurs trois ans après l’obtention de leur thèse
41 - l’effort de recherche et développement en France
42 - les dépenses intérieures de recherche et développement
43 - les dépenses de recherche des administrations
44 - la R&D dans les PME, les ETI et les grandes entreprises
45 - le financement et l’exécution de la R&D des entreprises en France
46 - le financement des activités de recherche et développement de la recherche publique
47 - les objectifs socio-économiques des crédits budgétaires consacrés à la recherche
48 - le crédit d’impôt recherche, dispositif de soutien à la R&D des entreprises
49 - le financement de la R&T par les Collectivités Territoriales
50 - les activités de R&D dans les nouveaux matériaux et les nanotechnologies
51 - la recherche en environnement
52 - la R&D dans le numérique dans les entreprises
53 - la position scientifique et technologique de la France dans la recherche en intelligence artificielle

Annexes
- les étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur
- la R&D en France
- MIRES - Programmes LOLF pour la recherche
- table des objectifs socio-économiques
- les objectifs socio-économiques retenus pour l’évaluation de la dépense de R&D en environnement
- précisions méthodologiques - Enquête sur les moyens consacrés à la R&D
- les niveaux de formation

Extrait de enseignementsup-recherche.gouv.fr

 

EXTRAIT
Le niveau d’études selon le milieu social

24
le niveau d’études selon le milieu social

Les enfants de parents cadres, de professions intermédiaires ou indépendants réussissent davantage leurs études. Ils sont proportionnellement plus nombreux à être bacheliers, à entreprendre des études dans l’enseignement supérieur et à en être diplômés. Néanmoins, c’est dans les milieux sociaux les moins favorisés que l’accès à l’enseignement supérieur s’est le plus développé, réduisant ainsi les inégalités qui demeurent malgré tout très marquées.

Les enseignements secondaire puis supérieur se sont fortement développés jusqu’au milieu des années 1990. Cela s’est traduit par leur ouverture croissante à l’ensemble des milieux sociaux. Pour autant, des différences entre milieux sociaux demeurent.

En 2019, 76 % des jeunes âgés de 20 à 24 ans possèdent un baccalauréat (graphique 24.01). La démocratisation des études au cours du 20e siècle a permis à tous les milieux sociaux d’obtenir plus souvent un baccalauréat. Ainsi, 66 % des enfants d’ouvriers ou d’employés âgés de 20 à 24 ans ont le baccalauréat alors que pour les enfants d’ouvriers ou d’employés âgés aujourd’hui de 45 à 49 ans, seuls 42 % possèdent ce diplôme. L’augmentation de l’obtention du baccalauréat s’observe également parmi les enfants dont les parents se situent en haut de l’échelle sociale. Mais cette progression a été un peu moins forte : 86 % des enfants de cadres, de professions intermédiaires ou d’indépendants âgés de 20 à 24 ans ont un baccalauréat, contre 68 % de ceux âgés de 45 à 49 ans, soit un taux multiplié par 1,3. Malgré la baisse des écarts entre milieux sociaux, les enfants ayant des parents cadres, de professions intermédiaires ou indépendants restent, à tous les âges, plus nombreux à être bacheliers.

Dans la continuité de l’expansion de l’enseignement secondaire, l’enseignement supérieur a beaucoup élargi son recrutement au début des années 1990. En 2019, 62 % des jeunes âgés de 20 à 24 ans ont ou ont eu accès à l’enseignement supérieur (en y ayant obtenu un diplôme ou non) contre seulement 43 % des personnes âgées de 45 à 49 ans (graphique 24.02). Cette progression de l’accès à l’enseignement supérieur est là aussi plus forte pour les enfants issus des milieux sociaux les moins favorisés, de sorte que les différences entre milieux sociaux se sont réduites. En effet, parmi les jeunes âgés de 20 à 24 ans, les trois quarts des enfants de cadres, de professions intermédiaires ou d’indépendants étudient ou ont étudié dans le supérieur, contre 48 % des enfants d’ouvriers ou d’employés (soit 1,6 fois plus). Ce rapport est de 1,9 pour les personnes âgées de 45 à 49 ans (58 % contre 31 %).

En moyenne de 2017 à 2019, parmi les jeunes âgés de 25 à 29 ans, 63 % des enfants de cadres, de professions intermédiaires ou d’indépendants sont diplômés du supérieur, contre 32 % des enfants d’ouvriers ou d’employés (graphique 24.03). En outre, les premiers possèdent un niveau plus élevé : en 2017‑2019, 37% d’entre eux sont diplômés d’un master, d’un doctorat ou d’une grande école, contre seulement 12 % des enfants d’ouvriers ou d’employés. En revanche, le taux de diplômés de l’enseignement supérieur court professionnalisant varie peu selon le milieu social : 11 % des enfants de cadres, de professions intermédiaires ou d’indépendants ont obtenu un BTS, DUT comme les enfants d’ouvriers ou d’employés. En dix ans, dans un contexte de montée en charge de la réforme LMD, le taux de diplômés de l’enseignement supérieur des jeunes âgés de 25 à 29 ans est resté quasiment stable quelle que soit la catégorie sociale. Cependant, la part de diplômés de master, DEA, DESS et doctorat a doublé, pour chacune des catégories sociales.

Enfin, les enfants issus de milieu moins aisé quittent plus souvent l’enseignement supérieur sans avoir obtenu un diplôme. En 2017‑2019, parmi les jeunes âgés de 25 à 29 ans ayant étudié dans le supérieur, c’est le cas de 10 % des enfants de cadres, professions intermédiaires ou indépendants contre 20 % des enfants d’ouvriers ou d’employés.

Répondre à cet article