> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > EDUC. PRIOR. (Positions) > EDUC. PRIOR. (Positions politiques) > Les propositions du parti socialiste pour l’éducation prioritaire : relancer (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les propositions du parti socialiste pour l’éducation prioritaire : relancer le "plus de maîtres" en réallouant une partie des moyens affectés aux classes dédoublées (Libération)

27 août Version imprimable de cet article Version imprimable

Réussir la rentrée, réussir l’année scolaire 2020-2021
Par Yannick Trigance, conseiller régional d’Ile-de-France, secrétaire national PS Education Enseignement supérieur et Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, député —

Pour garantir le droit à la réussite pour tous, il faut sans plus attendre atténuer le coût de la rentrée des classes pour les familles et pour les étudiants les plus modestes, faciliter la différenciation pédagogique au sein des classes et ouvrir des postes dans le secondaire plutôt que de les supprimer.

[...] Plus de moyens à l’éducation prioritaire
La période de confinement et la reprise des cours, en dépit de l’investissement des enseignants et des collectivités locales, ont été particulièrement préjudiciables pour les élèves scolarisés en REP et en REP+. Les conditions de logement, le manque de ressources dans l’univers familial, l’absence de matériel ont eu des répercussions sur les apprentissages scolaires de ces élèves. Pour remobiliser les élèves et les équipes pédagogiques, des moyens supplémentaires devront être engagés, en particulier dans les classes charnières.

Tout n’est certes pas réductible à une question de moyens, mais sans moyens suffisants, c’est la meilleure façon de faire échouer les élèves, notamment ceux qui décrochent ou ont de réelles difficultés à suivre en classe. En ce qui concerne le premier degré, il faut opter pour une réelle différenciation pédagogique : le niveau des élèves en cette rentrée de septembre sera très hétérogène. Il dépendra fortement de la manière dont les élèves ont pu être aidés et accompagnés durant les six derniers mois. Il conviendrait de faciliter la différenciation pédagogique au sein des classes. D’autant que si l’on en croit Roland Goigoux, professeur à l’université de Clermont-Auvergne, le dispositif des classes dédoublées en grande section, CP et CE1 est à la fois très coûteux et peu efficace. Le gouvernement devrait relancer le dispositif « plus de maîtres que de classes » en réallouant une partie des moyens affectés aux classes dédoublées, ce qui permettrait de toucher un plus grand nombre d’écoles au bénéfice d’un plus grand nombre d’élèves – environ six fois plus.

Extrait de liberation.fr du 25.08.20

Répondre à cet article