> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > Inégalités de genre > Dans mon quartier, les filles n’ont pas droit de cité (site La (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans mon quartier, les filles n’ont pas droit de cité (site La Zep)

7 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans mon quartier, les filles n’ont pas le droit de cité
Là où j’ai grandi, c’est chaque genre à sa place. Les garçons se sont appropriés la place publique tandis que les filles doivent se faire toutes petites.

J’ai passé une grosse partie de ma vie dans une cité à Mantes-la-Jolie.

[...] Comme si, sans eux, les murs du quartier allaient tomber
Ici, les garçons se sont appropriés la place publique. Que ce soit sous les bâtiments ou dans la rue, ils considèrent ces lieux comme les leurs. Par exemple, la création du terme « teneurs de murs » pour désigner les jeunes qui restent sous les bâtiments toute la journée. Comme si, sans eux, les murs allaient tomber.

De plus, il est beaucoup plus courant de voir un groupe de garçons « traîner » devant les bâtiments qu’un groupe de filles. S’il y en a, c’est plus les après-midis, mais le soir, plus aucune trace des filles, à part pendant le ramadan pour se rendre à la mosquée. En tant que fille, je me sens assez gênée par la situation. À force ça devient étouffant de voir les garçons se sentir supérieurs en droits, et tout ça sans aucune raison valable.

Extrait de la-zep.fr du 05.07.20

Répondre à cet article