> ACTEURS et PARTENAIRES. Identité et Statut > Enseignants (Identité professionnelle) > Enseignants (Témoignages, Portraits d’) > De l’évaluation en collège rural aux classes coopératives du collège Vadez de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

De l’évaluation en collège rural aux classes coopératives du collège Vadez de Calais (Laurent Fillion, Les portraits du jeudi des Cahiers)

12 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

Les portraits du jeudi, par Monique Royer
L’entraide plutôt que la note
Laurent Fillion

Évaluer autrement pour enseigner autrement. Laurent Fillion, enseignant d’histoire-géographie en collège, a suivi ce fil pour faire évoluer sans cesse sa pédagogie vers un apprentissage différencié, diversifié et choisi. Rencontre avec un enseignant pour qui la coopération est une clé de voûte pour apprendre et enseigner.

[... CLASSES COOPÉRATIVES
L’envie d’aller encore plus loin dans l’exploration et l’application des pédagogies actives le mène il y a trois ans au collège Lucien-Vadez de Calais, où un projet de classes coopératives était mené sur une cohorte de la 6e à la 3e. « Dans mon collège rural, j’avais la possibilité de travailler en équipe interdisciplinaire mais là, le travail en équipe était tel que je ne l’avais jamais vu. » La réflexion est collective pour aligner les systèmes de ceintures de compétences tout en respectant les spécificités des matières, pour harmoniser les présentations.

Les heures de vie de classe, transformées en conseils coopératifs sont menées de la même façon. Un élève fait fonction de président de séance, distribue la parole, reçoit au préalable les questions, les problèmes à traiter, les suggestions. Les séances débutent par des remerciements et des félicitations que les uns et les autres souhaitent s’adresser. Les propositions et les projets sont soumis au vote, y compris ceux de l’enseignant. L’an passé, une classe remuante a ainsi élaboré sa charte de vie de classe en discutant et votant chaque point. « On observe un vrai protocole pendant une heure. Le président ouvre solennellement la séance, nous sommes tous assis en cercle. Le conseil implique les élèves dans la vie de classe et les rend acteurs des projets. Des collègues qui n’enseignent pas en classe coopérative utilisent aussi cet outil. »

[...] Il constate avec plaisir la persévérance de ses élèves dans cette école à distance imposée par le confinement. « Nous avions créé un groupe de messagerie instantanée avec les 5e dont je suis le professeur principal depuis septembre, dans le but de favoriser l’entraide et de demander conseil auprès des profs. » Le travail en autonomie, l’entraide étaient déjà là, en filigrane des compétences à travailler en cours. Sur l’ensemble des élèves, un seul a décroché.

Extrait de cahiers-pedagogiques.com du 07.05.20

 

Recherche sur le mot fillion

Répondre à cet article