> TYPE DE DOCUMENT : Textes, Rapports officiels, Déclarat. gouvern., Etudes, (...) > FILMS TOUS PUBLICS SUR L’EDUCATION PRIORITAIRE > Autres films grand public > « Devenir grand » Un documentaire de Judith Grumbach (en replay jusqu’au (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

« Devenir grand » Un documentaire de Judith Grumbach (en replay jusqu’au 31.05.20) diffusé le 31 mars à 23h sur France 2 (série Infrarouge). Entretien des Cahiers avec les enseignants du collège REP+ Pons de Perpignan

1er avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Disponible en replay jusqu’au 31.05.20

En replay ju
Documentaire
« Devenir grand »

Un documentaire de Judith Grumbach à voir, mardi 31 mars, à 23h sur France 2 (série Infrarouge)

Comment l’école peut-elle accompagner les élèves et les aider à grandir, jour après jour, individuellement et collectivement ?
Dans une époque de crises politiques, sociales, environnementales ou sanitaires, comment l’école peut-elle contribuer à former une nouvelle génération de citoyens responsables, capables de changer positivement le monde ?
De Perpignan au Bourget en passant par Langon, Devenir Grand nous emmène dans trois classes, aussi ordinaires qu’extraordinaires, et dévoile ce qui se joue entre enseignants et élèves, le temps d’une année scolaire.

Extrait de cahiers-pedagogiques.com du 27.03.20

 

Documentaire « Devenir grand »
La parole aux acteurs du film de Judith Grumbach, « Devenir grand »

Nous avons interrogé plusieurs « acteurs » du film, des enseignants engagés qu’on voit à l’œuvre dans ce beau film.

[...]

Nathalie Duthieuw et Olivier Llarc professeurs au collège Pons de Perpignan

Pouvez-vous décrire brièvement votre situation professionnelle et ce qui a amené votre présence dans le film ?

Nathalie : Je suis professeure de Lettres modernes et professeure principale d’une classe de sixième. Je suis engagée dans le dispositif des classes coops depuis mon arrivée au collège en septembre 2015.

Olivier : Pour ma part, je suis professeur d’EPS (coordonnateur de l’équipe EPS du collège) et professeur principal d’une classe coopérative de 6e.
Il se trouve que ma présence dans le film est un peu le fruit du hasard. Cela s’explique essentiellement par le fait que ma classe était la seule de toutes les 6° à avoir, dans une même journée, les 4 maillons forts de la chaîne qui constituent ce projet : accueil, conseil semaine, méthodologie et plan de travail. Je les avais aussi en cours d’EPS l’après-midi.

J’ai eu un peu de mal à me dire : « bon beh pourquoi pas » parce que je suis quelqu’un de discret qui n’aime pas être sous le feu des projecteurs. Moins on parle de moi mieux je me porte ! Finalement je me suis lancé... je me suis dit : pourquoi pas ... tentons l’expérience.

Qu’est-ce-ce que vous retenez de l’expérience du tournage du film ?

Nathalie : Cette expérience a été enrichissante, notamment grâce à la rencontre d’une belle personne : Judith Grumbach. De plus, elle a mis en lumière les enfants des quartiers défavorisés en cassant, je l’espère, les stéréotypes à travers lesquels ils sont souvent vus.

Olivier : Je retiens qu’il est bien plus facile de faire cours sans caméra qu’avec. Sans plaisanter, j’ai vécu cela comme une nouvelle expérience, un nouveau défi, en étant tout à fait conscient que le travail que nous (enseignants, Conseiller principal d’éducation, Assistants d’éducation, Conseiller d’orientation psychologue, équipe de direction...) effectuons au quotidien sur une année scolaire ne constitue qu’un petit grain de sable dans la scolarité et la vie de nos élèves, perturbée par une situation familiale souvent pas facile.

Il y a un point qui m’intrigue vraiment : nous formons au quotidien nos élèves à la coopération. Une partie de cette formation consiste à développer le concept d’entraide et d’aide, c’est à dire être capable de maîtriser l’aide d’un camarade et la demande d’aide autonome. En accompagnement personnalisé, cela est quelque chose qui se perçoit, mais nous ne savons pas réellement ce que les élèves se disent entre eux lorsqu’ils sont dans cette situation. Je suis donc très curieux de voir cela : comment celui qui aide éclaire le chemin de celui qui est aidé pour l’amener vers la réponse, sans lui donner. De plus, nous mettons l’accent, dès le début de l’année, sur la mise en place précise de l’organisation de la classe pour les amener petit à petit, vers un fonctionnement autonome. Le film sera l’occasion de voir si les élèves ont intégré cela au moment du tournage. Cela nous permettra aussi d’avoir du recul, en étant non plus acteur dans la classe mais simple spectateur. Les interviews ont aussi été très riches. Cela a permis notamment d’échanger sur le rapport de causes à effets entre la mise en place de ce projet et la place de nos élèves, futurs citoyens, dans la société actuelle.

C’est donc une expérience positive, enrichissante et qui donne envie de poursuivre la réflexion pour proposer un enseignement de qualité, adapté à nos élèves.

[...]

Extrait de cahiers-pedagogiques.net du 27.03.20

 

[Voir aussi Confinement : ce qu’en disent les acteurs du film de Judith Grumbach, « Devenir grand » du collège REP+ Pons de Perpignan

Répondre à cet article