> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE > Inégalités sociales à l’école > Inégalités. Rapports internationaux (OCDE...) > Les résultats Pisa et le "style pédagogique français" vus par Alain Bouvier (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les résultats Pisa et le "style pédagogique français" vus par Alain Bouvier (Les Cahiers pédagogiques)

21 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

Analyse
Un premier mini « choc PISA » en France
Alain Bouvier

Les résultats de l’enquête PISA 2018 ont été rendus public début décembre 2019. Ils ont été, pour la première fois depuis ceux de 2000, présentés par la presse non plus tant sous l’angle du palmarès que celui de l’incapacité du système éducatif français à réduire les inégalités de réussite des élèves liées aux inégalités sociales. De quoi provoquer une prise de conscience du même ordre que celle que connut l’Allemagne en 2001 ?

[...]

Le style français

Le « style pédagogique » des enseignants français est plus centré sur la correction des erreurs commises par les élèves que sur la valorisation de leurs réussites. Cela les distingue des enseignants de nombreux autres pays. Roger-François Gauthier y voit la confirmation que notre école est rigide et qu’elle formate les élèves au lieu de les faire réfléchir [5].

Selon PISA, la France est championne du bruit en classe, du désordre et le bien être à l’école est très peu pris en compte. Peut-on continuer à dissocier, comme nous le faisons dans le secondaire, l’enseignement et l’éducation au sein de la classe, même si certains enseignants prétendent faire les deux ? Dans la majorité des pays, cela forme un tout et c’est la mission de chaque enseignant.

Toujours selon PISA, les enseignants français apparaissent aux élèves comme peu disponibles ; ces derniers ne ressentent pas leur soutien, sans doute parce que les professeurs sont peu formés à la gestion de classe. Les élèves ne se sentent pas accompagnés, y compris dans les établissements les plus élitistes.

Plus inquiétant encore : seulement 17 % des français pensent que les élèves respectent leur enseignants. La France est au 9e rang le plus bas.

D’après cette enquête, il y a en France ce qu’elle qualifie d’importants effets de genre qui ne figurent pas au centre de la vigilance des enseignants. Question de formation sans doute.

Extrait de cahiers-pedagogiques.com du 20.0120

Répondre à cet article