> PILOTAGE, MIXITE SOC., ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION... > Orientation > Orientation (généralités) > Le rapport Charvet sur l’orientation : deux interviews et un commentaire de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le rapport Charvet sur l’orientation : deux interviews et un commentaire de Touteduc. L’avis de Bob Poisson sur Educpros

11 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

L’avis de Bob Poisson sur le rapport Charvet
Le rapport Charvet titré « Refonder l’orientation, un enjeu Etat-régions » a été publié le 25 juin 2019 il fait suite à la loi sur la liberté de son avenir professionnel. J’en avais proposé une lecture à chaud dans un post précédent. Robert Poisson, directeur de CIO et ancien président de l’ANDCIO m’a envoyé son avis que je publie ci-dessous in-extenso avec son accord. Il replace cet avis dans une interprétation des évolution de la question de l’orientation depuis 2008. Je vous en souhaite une très bonne lecture.

[...] Ainsi dans ce rapport, si l’on s’intéresse principalement à l’amélioration de l’accompagnement en orientation en France, on peut trouver dans ce rapport des motifs de satisfaction. Si par contre on s’intéresse essentiellement à la défense des CIO et de leur personnel, force est de constater que leur rôle se voit extrêmement réduit par rapport à ce qu’on put connaitre dans un passé lointain maintenant ou ambitionner sans réussite il faut bien le dire.

Pour autant ce rapport ne méconnait pas les compétences des Psyen sur le champ du conseil en orientation et reconnait également la dimension d’accueil de certains publics des CIO. Si toute notre ambition était contenue dans ces points, ce rapport ne nous ferait pas particulièrement mal. Si nous avions l’ambition d’être les fers de lance de l’accompagnement en orientation en France, force est de constater que ce rapport a choisi d’autres réponses. Ainsi, il me semble que la complexité à l’analyser, tient essentiellement au positionnement de chacun sur ces questions

Extrait de educpros.fr

 

La Lettre de ToutEduc, 467 du 10.07.19 : extrait de l’editorial

[...] Sur le "rapport Charvet", chacun a, ou se fera une opinion. Le sujet, l’orientation, suscite toujours les passions, et les personnels qui sont en première ligne, Psy-EN et agents de l’Onisep en région sont, évidemment inquiets. Il a le mérite de poser deux questions de fond. Les adolescents doivent être accompagnés dans leur choix mais nul ne détient l’ensemble des compétences nécessaires pour cet accompagnement qui mêle psychologie, pédagogie des choix et informations qui les éclairent. Où peut le mieux se mettre en place la complémentarité des acteurs ? Second point, entre les rêves d’avenir et "les terrifiants pépins de la réalité", la tension est d’autant plus violente que les élèves sont plus jeunes et de milieux défavorisés. Qui peut éviter que "la réalité" ne l’emporte, et qu’une jeune fille qui voulait faire esthétique ne se retrouve en comptabilité ? Ce sont des tragédies qu’il faut prévenir, et il faut souhaiter que la réforme y contribue, mais le meilleur système d’orientation ne compensera jamais les lacunes de la carte des formations, qui, avec des moyens, pourrait être améliorée. Même ainsi, elle ne répondra jamais parfaitement à la fois aux désirs des jeunes et aux besoins de l’économie. Le pouvoir donné aux Régions permet-il d’espérer une amélioration ? Ou l’inverse ? Là non plus, le Gouvernement pourra difficilement se déjuger.

 

Il faut "rapprocher l’orientation des établissements scolaires" (P. Charvet, interview exclusive)

[...]
ToutEduc : A qui imputer l’origine de ces dysfonctionnements ?

Pascal Charvet : Ce rapport ne met aucunement en cause les acteurs de l’orientation qui n’ont nullement démérité : il met davantage en lumière le travail de Sisyphe auxquels ils sont confrontés chaque année. Notre système d’orientation fonctionne de fait comme un simple corollaire de l’enseignement, un appendice du système éducatif. Il nous faut aujourd’hui faire de l’orientation l’affaire de tous les acteurs de la communauté éducative. Nous constatons que les pays qui ont suivi cette démarche sont ceux qui s’en sortent le mieux. D’où l’idée dans notre rapport de rapprocher l’orientation des établissements scolaires. Nos préconisations portent sur des expérimentations départementales : il n’y a aucune carte préétablie des CIO avec un nombre prédéterminé. Il s’agit de mailler de manière plus fine les territoires en créant des antennes de CIO dans des lycées têtes de réseau, tout en s’appuyant également, dans les établissements, sur des professeurs ou des CPE référents volontaires, en les formant par une certification ou une habilitation, afin de disposer ainsi d’une force réelle et continue au service de l’orientation dans les établissements. Ce n’est que par la mise en œuvre de cette pédagogie de l’orientation dans les établissements que nous pourrons sortir de l’impasse où nous sommes aujourd’hui.

Extrait de touteduc.fr du 07.07.19

 

Touteduc : Vous voyez dans la politique actuelle
actuelle du ministère le retour de l’adéquationnisme ?

Catherine Remermier : On peut bien sûr souhaiter que les élèves aillent vers des métiers qui offrent des débouchés.. Mais le temps qu’ils sortent du système scolaire, le marché du travail sera-t-il encore ce qu’il est aujourd’hui ? Comment aura-t-il évolué ? Les familles savent bien que ce n’est pas si simple. L’emploi local ne peut être le seul critère à prendre en compte dans l’information des jeunes. Pourtant c’est bien la pente sur laquelle se positionnent déjà certaines régions.

Le "rapport Charvet" n’évoque jamais la nécessité d’une élévation du niveau de formation pour faire face aux aléas du marché du travail, pour que les jeunes soient en mesure de se situer, par la suite, dans un monde changeant. La construction d’un projet d’orientation ne relève pas que de l’information mais pas non plus de stratégies cognitives en termes de coûts/ bénéfices. C’est une opération longue qui a à voir avec le développement de la personne, son identité et son histoire.

Il faut attendre les annonces qui seront faites au mois d’octobre, mais tout donne à penser qu’on va vers une transformation radicale de l’idée même d’orientation, et que ce sera la dernière pièce du puzzle, d’une conception étriquée et inégalitaire de l’éducation.

 

Voir aussi sur le site OZP : Refonder l’orientation, rapport des inspections générales, juin 2019 . "Les plus touchés sont les élèves des milieux défavorisés" .

 

Voir la rubrique Orientation (généralités)

Répondre à cet article