> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Orientation scolaire et Découverte professionnelle, Stages 3e > Orientation scolaire > Au lycée, les choix de spécialités varient peu selon l’origine sociale avec (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Au lycée, les choix de spécialités varient peu selon l’origine sociale avec cependant une surreprésentation des doublettes scientifiques chez les élèves très favorisés (Depp, Touteduc)

9 décembre 2021

Choix des spécialités : “un rééquilibrage, en faveur des sciences économiques et sociales en particulier, semble s’opérer“ (DEPP)
Il n’y a “pas de différence significative, en fonction de l’origine sociale des élèves, de leur propension à choisir une doublette associant un enseignement scientifique et un enseignement parmi les humanités ou les arts“, explique le service statistique de l’éducation nationale dans sa dernière note concernant les choix de spécialités au lycée. A la rentrée 2021, 19 % des élèves de terminale d’origine sociale très favorisée ont choisi une telle doublette, contre 20 % des élèves défavorisés.

Cette différence, en revanche, s’exprimerait à travers le choix de la spécialité mathématiques. Les élèves d’origine sociale très favorisée (39 % des élèves de terminale générale) sont surreprésentés dans les doublettes "mathématiques, physique-chimie" (54 %) ou "HGGSP (histoire - géographie), mathématiques" (56 %), tandis qu’à l’inverse les élèves d’origine sociale défavorisée (21 % des élèves de terminale) sont surreprésentés dans les doublettes "HLP (‘humanités littérature et philosophie) - SES" (29 %),"HLP - LLCER (langues)" (27%), et "SVT, SES" (27%).

Extrait de touteduc.fr du

Extrait de touteduc.fr du 08.12.21

 

EXTRAIT

[...] Les élèves d’origine sociale très favorisée représentent 39 % des élèves de terminale générale (voir « Pour en savoir plus » - figure 1bis). Ils sont surreprésentés parmi les élèves ayant choisi pour enseignement de spécialité les mathématiques (48 %), la physique-chimie (46 %) et dans une moindre mesure la musique (43 %). Les élèves d’origine sociale défavorisée (21 %) sont, eux, sur représentés en « littérature et LCA latin » (35 %), en HLP (26 %) et en LLCER (25 %).
Ainsi, les six enseignements de spécialité les plus choisis sont les mêmes pour les
élèves d’origine sociale très favorisée et pour les élèves d’origine sociale défavorisée
dans un ordre légèrement différent.
L’enseignement de spécialité le plus choisi par les élèves d’origine sociale très favorisée est « mathématiques » (46 %), suivi de physique-chimie (37 %) et SES (33 %). Pour les élèves d’origine sociale défavorisées, le trio de tête est SES (39 %), mathématiques (30 %) et HGGSP (29 %). On retrouve une proportion
d’élèves des établissements privés (sous et hors contrat) légèrement plus importante
dans les enseignements de mathématiques et de physique-chimie, respectivement 27 % et 28 %, qu’en moyenne (24 %, [voir « Pour en savoir plus » - figure 1]). En revanche, les élèves du secteur privé sont largement sous représentés dans les enseignements artistiques : seulement 13 % des élèves ayant choisi ces enseignements sont dans un établissement privé. Ils sont moins de 5 % en particulier pour les arts du cirque, la danse, la musique et l’histoire des arts.

[...] Les élèves d’origine sociale très favorisée surreprésentés parmi les élèves ayant choisi la doublette « mathématiques, physique-chimie »

Les élèves d’origine sociale très favorisée (39 % des élèves de terminale générale)
sont surreprésentés dans les doublettes « mathématiques, physique-chimie » (54 %)
et « HGGSP, mathématiques » (56 %) (voir « Pour en savoir plus » - figure 3).
Inversement, les élèves d’origine sociale défavorisée (21 % des élèves de terminale) sont surreprésentés dans les doublettes « HLP, SES » (29 %), « humanités littérature et philosophie, LLCER » (27 %), « SVT, SES » (27 %).
19 % des élèves de terminale d’origine sociale très favorisée ont choisi à la rentrée une doublette associant les humanités (HGGSP, HLP, LLCER, ou SES) ou les arts avec un enseignement scientifique (mathématiques, physique-chimie, SVT, NSI, SI). 20 % des élèves d’origine sociale défavorisée ont fait un tel choix. Il n’y a donc pas de différence significative en fonction de l’origine sociale des élèves, de leur propension à choisir une doublette associant un enseignement scientifique et un enseignement parmi les humanités ou les arts.

Extrait de education.gouv.fr de décembre 2021

Répondre à cet article